Tout sur JCDecaux

Avec le coronavirus, la demande d'informations du public a explosé. Les médias de masse alignent de jolis chiffres d'audience mais, paradoxalement, les annonceurs réduisent fortement leurs investissements publicitaires. Une erreur en ces temps de crise où les marques doivent justement garder un lien subtil avec des consommateurs déboussolés.

L'entreprise gestionnaire des vélos partagés bruxellois Villo!, JC Decaux, indique vendredi que la durée de consommation gratuite de ses bicyclettes passe de 30 minutes à 1h jusqu'à la fin du confinement. Elle offre par ailleurs un abonnement annuel à tout le personnel soignant et "le personnel travaillant au service des citoyens pendant cette période de crise".

La société française gère le service de cyclopartage Villo pour le compte de la Région bruxelloise. Elle a fini par lancer des vélos électrifiés, les e-Villo, pour répondre à la vive concurrence des start-up comme Jump ou Billy Bike. En espérant raviver une demande en recul.

La start-up wallonne e-peas a démarré son processus de levée de fonds et espère obtenir entre 10 et 15 millions auprès d'investisseurs. Cela valoriserait la boîte à, au moins, 30 millions d'euros... alors qu'elle ne réalisait qu'un très petit chiffre d'affaires en 2018. Comment l'expliquer ?