Tout sur Jalil Bourhidane

Si l'enseigne de prêt-à-porter féminin Camaïeu et 2.659 salariés sur plus de 3.100 sont sauvés en France, ce n'est pas encore le cas en Belgique. La filiale cherche en effet un repreneur pour ses activités. Selon le secrétaire permanent CNE Commerce Jalil Bourhidane, le tribunal de l'entreprise de Bruxelles se penchera cette semaine sur le dossier et devrait prononcer la procédure de réorganisation judiciaire (PRJ), qui a pour but de préserver la continuité des activités. La recherche d'un repreneur pourra alors commencer.

Une soixantaine de membres du personnel des magasins Camaieu étaient présents lundi matin devant le siège social de la chaîne en Belgique, rue Neuve à Bruxelles. Les 25 implantations belges sont en grève, ainsi que les trois établissements luxembourgeois. La CNE dénonce le silence radio de la direction française après l'annonce du redressement judiciaire de Camaieu France.

De nombreuses personnes étaient à nouveau présentes lundi matin à l'entrée des magasins de bricolage, indiquent les syndicats, qui ne font pas état de problèmes particuliers. Certaines enseignes avaient déjà lancé le mouvement samedi et ont été suivies par le reste du secteur en ce début de semaine. Si, sur un plan sécuritaire, tout semble se passer dans le calme, CNE et Setca s'inquiètent par contre d'une charge de travail importante pour les travailleurs depuis l'annonce, mercredi dernier, de la réouverture de ce type de commerce.

"Ce qui importe, c'est que la question de la sécurité soit réglée avant toute réouverture" de certains commerces, comme les magasins de bricolage, plaide jeudi Delphine Latawiec, secrétaire permanente responsable du secteur commerce à la CNE. Un conseil d'entreprise a eu lieu chez Brico en matinée mais n'a pas rassuré les travailleurs, déclare de son côté Jalil Bourhidane, permanent CNE Commerce. Des arrêts de travail ne sont pas exclus "si la sécurité n'est pas garantie à la réouverture", précise-t-il.

Un Brico a fermé ses portes à Liège par manque de caissiers, le Brico Basilix, à Berchem-Sainte-Agathe a fait de même face à une situation "incontrôlable" et le personnel du Planit, plus gros magasin de Bruxelles est aussi rentré chez lui mardi, a indiqué à Belga Jalil Bourhidane, secrétaire permanent Commerce à la CNE. La direction n'a de son côté toujours pas donné la consigne de fermer. "Inconscient", dénonce la CNE.