Tout sur Jacqueline Galant

Le gouvernement va emprunter un milliard d'euros pour financer des investissements dans le rail, dont le RER. Un projet dont les errements sont détaillés dans un déprimant rapport de la Cour des comptes.

L'"affaire Jacqueline Galant", avec la désignation (plus que) controversée du cabinet d'avocats Clifford Chance, a rappelé que les mandataires publics ne peuvent pas faire n'importe quoi quand ils passent des marchés de fournitures et de services. Mais des brèches subsistent pour infléchir la sélection des offres en concurrence. Et ce n'est pas forcément une mauvaise chose.

Aujourd'hui, c'est Jacqueline Galant et le patron du SPF Mobilité qui s'étripent sur la place publique ; hier, c'était la secrétaire d'Etat Elke Sleurs et le responsable du SPF Politique scientifique ; avant-hier, Marie-Christine Marghem balayait les rapports du régulateur fédéral de l'énergie. Et on vous épargne les polémiques récurrentes sur la qualité des prévisions de recettes du SPF Finances.

La SNCB et Infrabel doivent augmenter leur efficacité de 20% d'ici 2019, ressort-il du plan de modernisation des chemins de fer élaboré par la ministre de la Mobilité, Jacqueline Galant, et relayé par De Standaard jeudi. La SNCB devrait être beaucoup plus efficace que ses concurrents européens.

La ministre de la Mobilité a condamné jeudi la grève lancée à l'appel du Syndicat autonome des conducteurs de train (SACT), dont elle juge l'attitude "déraisonnable". Elle appelle dans la foulée les entreprises à accélérer la concertation relative au service minimum.

Commandé par le CEO de la SNCB, Jo Cornu, l'audit sur les trois filiales immobilières de l'entreprise ferroviaire est terminé. Les conclusions seront présentées ce mercredi à la ministre de tutelle, Jacqueline Galant (MR). Elles sont très sévères pour les équipes dirigeantes, rapportent L'Echo et De Tijd.