Tout sur investissement

C'est la fin de l'argent gratuit, ce que je veux dire par là, c'est que c'est la fin des taux d'intérêt historiquement très bas. Après la crise de 2008, les taux d'intérêt ont été fixés extrêmement bas par les banques centrales.

Le minimum légal de 0,11 % n'est pas conforme au marché. Les taux du marché pertinents pour les comptes d'épargne sont les taux en vigueur pour des périodes de deux à trois ans, lesquels sont actuellement négatifs et le resteront en 2017. Les banques n'ont aucune raison de relever leurs taux sur les comptes d'épargne. - Peter Vanden Houte (ING Belgique)

Le Premier ministre indien Narendra Modi doit s'entretenir mercredi à Bruxelles avec les dirigeants de l'Union européenne (UE), premier partenaire commercial de l'Inde, avec la volonté d'attirer de nouveaux investissements et de renforcer la coopération antiterroriste.

Brussels Airlines va étendre "significativement" son réseau long courrier en reprenant notamment, à partir du printemps prochain, la liaison vers Toronto assurée jusqu'à présent par Jet Airways. La compagnie belge va par ailleurs acquérir deux Airbus A330 supplémentaires, a-t-elle annoncé vendredi.

La société néerlandaise de traitement de déchets Van Gansewinkel va poursuivre le développement de son usine de Turnhout. Trois millions d'euros vont être débloqués pour ce site qui emploiera une cinquantaine de travailleurs, a indiqué jeudi l'entreprise.

D'après les chiffres de la Banque Nationale, la fortune totale des familles belges a atteint un montant record de 1191 milliards d'euros l'année dernière. La moitié se compose d'immobilier, l'autre moitié de moyens liquides. 250 milliards dorment sur les comptes épargne, même si cet argent perd de la valeur à cause des intérêts bas et de l'inflation. Les personnes qui investissent, le font la plupart du temps en actions, obligations, ou immobilier. Trends s'est adressé à trois experts qui vous conseillent en investissements alternatifs.

Les pays émergents (BRICS) ont attiré l'an dernier 20% des investissements étrangers mondiaux, contre 6% il y a dix ans, a affirmé lundi à Genève la CNUCED. Ils sont devenus aussi d'importants investisseurs avec 9% des flux mondiaux, contre 1% il y a dix ans.

La crise de la dette dans la zone euro supplante l'augmentation des taxes dans le classement des principales préoccupations des investisseurs belges, qui sont plus que jamais à la recherche de conseils financiers.

Les obligations italiennes, dont l'intérêt à 10 ans atteint les 5,5 %, est une bonne affaire, estime un spécialiste. Elle suit la grimpette des taux espagnols ; pourtant, cette situation ne reflète pas la situation du pays, "bien meilleure que celle de l'Espagne".

Les nouvelles mesures fiscales ont un impact négatif sur les investisseurs étrangers. Seule une entreprise étrangère sur deux est certaine de rester en Belgique dans les années à venir, selon baromètre d'Ernst & Young.