Tout sur ING Belgique

ING a indiqué vendredi qu'elle entendait procéder à une opération de diminution au sein de son réseau d'indépendants, rapportent samedi L'Echo et De Tijd. L'année dernière, la banque orange avait déjà annoncé vouloir diviser le nombre de ses agences par deux.

ING Belgique cessera, à partir du 1er septembre 2022, d'appliquer un taux d'intérêt négatif pour les clients particuliers, a annoncé mercredi la banque. La mesure s'appliquera également pour les personnes morales en Belgique, à l'exception de certains cas particuliers.

Rien que les quatre grandes banques belges - BNP Paribas Fortis, KBC, ING Belgique et Belfius - espèrent procéder à 1.640 engagements cette année, écrivent L'Echo et De Tijd dans leur édition de samedi.

La confiance des investisseurs a considérablement chuté en mars, pour tomber à 66 points, selon le baromètre établi par ING. "Il faut remonter au début de la pandémie pour voir des prévisions économiques aussi pessimistes", déclare Peter Vanden Houte, économiste en chef chez ING Belgique.

Malgré des taux toujours au plancher et la crise sanitaire, nos quatre grandes banques - KBC, BNP Paribas Fortis, Belfius et ING Belgique -ont publié pour 2021 des résultats flamboyants.

Il y a actuellement 568 millions d'euros qui sont placés sur des comptes dits " dormants ", c'est-à-dire des comptes pour lesquels les banques et les assureurs ne retrouvent pas de propriétaire. Et ce montant ne cesse d'augmenter, car de plus en plus d'argent dormant refait surface via les polices d'assurance-vie et les coffres des banques. Certains de ces actifs ne pourront jamais être récupérés par leurs propriétaires, faute de les retrouver.

La filiale belge du groupe bancaire néerlandais ING va fermer une cinquantaine d'agences : son modèle pour l'avenir est celui de la banque sur rendez-vous, et de préférence à distance.

La confiance des investisseurs en la reprise de l'économie s'est érodée en octobre : le baromètre d'ING a dégringolé à 104 points, contre 121 points un mois plus tôt, indique mardi la banque. Près de 40% des investisseurs particuliers sondés par ING craignent en outre qu'une crise financière ne survienne dans les 12 prochains mois.

Affichant des bénéfices en forte croissance au terme de ce semestre, banques et sociétés du Bel 20 semblent avoir déjà tourné la page de la crise.