Tout sur inde

Uber va investir 1 milliard de dollars (913 millions d'euros) en Inde au cours des neuf prochains mois afin de contrer l'expansion de son concurrent local Ola, a annoncé vendredi le directeur national de la société américaine de voitures avec chauffeur (VTC).

Alors que Ratan Tata rend son tablier après avoir construit un véritable empire international, petit tour d'horizon de ces Indiens qui se sont hissés aux plus hauts postes stratégiques, qu'il s'agisse d'industrie, de finance, de high-tech, ou d'institutions internationales.

Ratan Tata passe la main vendredi, jour de son 75e anniversaire, vingt ans après avoir fait du groupe éponyme, alors considéré comme un "dinosaure endormi", un colosse industriel capable de s'offrir des proies aussi imposantes que le constructeur Jaguar ou le sidérurgiste Corus.

Les Etats-Unis perdront leur place de première puissance mondiale, dépassés par la Chine en 2016 puis par l'Inde, selon un rapport de l'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) publié ce vendredi.

La croissance indienne pourrait rattraper celle de la Chine cette année grâce au dynamisme de la demande intérieure. Une demande que les entreprises locales peinent à satisfaire.

Les gratte-ciel sont souvent le symptôme d'une bulle immobilière plus large et "reflètent une mauvaise affectation du capital et l'imminence d'une correction économique", selon les experts de Barclays Capital. Leur conclusion ? Attention à la Chine et à l'Inde !