Tout sur Huawei

Les changements potentiels apportés par la 5G seront limités par la défiance des Etats-Unis envers Huawei.

Alors que la guerre froide technologique entre Trump et la Chine fait beaucoup de dommages collatéraux, le principal critère de sélection des utilisateurs restent la fiabilité de l'appareil et son prix. Et ceux qui sortent du lot viennent surtout de l'empire du Milieu...

La Chine a dénoncé mardi un "harcèlement économique" des Etats-Unis, après une proposition du régulateur américain d'interdire aux opérateurs nationaux l'achat d'équipements des géants chinois des télécoms Huawei et ZTE avec de l'argent public.

Huawei est prêt à concéder une licence pour sa technologie 5G à une entreprise américaine, a annoncé Ren Zhengfei, le directeur et fondateur du géant chinois de la technologie. Avec cette offre, la société entend montrer que sa technologie ne représente aucun danger.

Huawei a présenté jeudi ses nouveaux smartphones haut de gamme Mate 30 et Mate 30 Pro. Des appareils présentés en grande pompe à Munich mais qui ne disposent pas des applications mobiles de Google comme Maps ou Gmail et qui ne seront pas commercialisés en Europe pour le moment. Cela devrait être le cas d'ici la fin de l'année, promet le géant chinois de l'électronique. "C'est le meilleur smartphone sur le marché que l'on ne peut pas acheter", résume-t-on chez Huawei Belgique.

Le groupe technologique chinois a renoncé à des poursuites contre le gouvernement américain, a-t-il fait savoir mardi. Cette décision intervient après que Washington a restitué des équipements télécoms que les Etats-Unis avaient saisis deux ans plus tôt, soupçonnant des infractions à l'exportation.

Huawei va présenter son nouveau smartphone, le Mate 30, le 19 septembre à Munich. Mais ce premier modèle depuis l'embargo décrété par les Etats-Unis est entouré de mystères.

Le géant chinois des télécoms Huawei, placé par les Etats-Unis sur une liste noire car le pays les soupçonne d'espionnage au profit de Pékin, a accusé mercredi les autorités américaines de "cyberattaques" et de "menaces" contre son personnel. "Le gouvernement US utilise tous les moyens à sa disposition" afin d'en perturber son fonctionnement, affirme-t-il.

Le répit de 90 jours accordé par l'administration Trump avant d'interdire aux entreprises américaines de vendre des équipements à Huawei "ne change rien" pour le géant chinois des télécoms, a assuré mardi ce dernier, qui s'estime toujours "injustement traité" par Washington.