Tout sur hinduja

KBC s'apprêterait à vendre Merck Finck, une part de sa filiale KBL European Private Bankers, séparément, selon un journal allemand. Faux, rétorque le bancassureur flamand.

Annoncée fin mai 2010, la vente de KBL, le réseau européen de banque privée de KBC basé à Luxembourg, au groupe indien Hinduja n'aura donc pas lieu. La faute à la CSSF... ou plutôt aux autorités de contrôle suisses ?

Nous vous l'annoncions en primeur dès jeudi après-midi, un communiqué de presse l'a confirmé vendredi : KBC a conclu un accord avec Hinduja sur la cession de sa filiale "private banking" spécialisée KBL European Private Bankers. Montant global de la transaction : 1,35 milliard d'euros.

KBC devait se défaire de sa filiale KBL : son choix s'est porté sur l'indien Hinduja. Des cinq prétendants de départ, il s'est montré le plus désireux de conserver la direction en place. Un argument face auquel la direction en question pouvait difficilement rester de marbre...

Selon "La Tribune", le brésilien Safra et l'indien Hinduja tiendraient la corde pour le rachat de KBL European Private Bankers, l'activité de gestion privée de KBC. Selon nos propres sources, il en irait tout autrement : la famille italienne Agnelli, à travers sa société Exor, recueillerait nettement les faveurs des hauts dirigeants de KBL, qui souhaitent conserver une certaine indépendance.