Tout sur GSK

GlaxoSmithKline a été élu, pour la quatrième fois, l'employeur le plus attractif de Belgique par Randstad sur base d'une enquête menée auprès de 15.000 personnes. Google est la marque disruptive la plus attractive tandis que Mercedes-Benz est l'employeur qui se surpasse le plus.

Le géant de la pharma britannique GlaxoSmithKline (GSK) vient de renforcer l'importance stratégique de sa filiale belge GSK Biologics (alias GSK Vaccines) en lui confiant l'entièreté du portefeuille de brevets vaccins de Novartis, annonce jeudi L'Echo. Il renforce ainsi le rôle de la Belgique comme QG mondial des vaccins.

Les géants pharmaceutiques britannique GlaxoSmithKline (GSK) et suisse Novartis ont annoncé mardi un vaste accord dans le cadre duquel le premier va vendre sa division cancérologie pour 16 milliards de dollars au second et lui racheter ses vaccins pour environ 7 milliards.

Omega Pharma reprend des marques de GSK pour 470 millions d'euros. Ces marques - Lactacyd et Zantac notamment - représentent un chiffre d'affaires dépassant 200 millions d'euros.

GlaxoSmithKline a vendu à WDP son ancien site de production situé à Heppignies. Le géant pharmaceutique y produisait de la pénicilline, une exploitation qui a cessé en 2009.

Après trois jours de grève, le travail a finalement repris cette nuit sur les sites de GSK à Wavre et Rixensart. Les ouvriers des premières pauses ont approuvé le préaccord conclu mercredi soir entre direction et syndicats.

La réunion de conciliation prévue entre les représentants du personnel ouvrier de GlaxoSmithKline (GSK) et la direction du groupe pharmaceutique est annulée. Malgré le constat d'échec des négociations dans la nuit de mardi à mercredi et le blocage des sites de production par des piquets de grève, la direction a invité une nouvelle fois les syndicats à se remettre autour de la table des négociations.

L'arrêt de travail décidé de manière spontanée lundi, dans le courant de la journée, par les ouvriers des sites de Wavre et de Rixensart de GSK (GlaxoSmithKline) se poursuit ce mardi. La direction exige la reprise du travail avant d'entamer les négociations.

La plupart des différends relatifs à la fiabilité de l'Avandia et du Paxil sont déjà réglés, affirme GlaxoSmithKline, qui n'en a pas moins réservé 1,57 milliard de livres sterling pour payer les amendes et régler les différends liés à son antidiabétique Avandia, mais aussi à l'antidépresseur Paxil.

Les risques accrus d'infarctus liés à l'antidiabétique Avandia sont officiels depuis 2007 mais, selon le "New York Times", GlaxoSmithKline était au courant huit ans plus tôt. Le labo aurait déjà dépensé 460 millions de dollars pour éviter des procédures judiciaires.

Son vaccin contre le virus H1N1 a généré 1 milliard d'euros en 2009. Malgré la réduction des commandes décidée par les gouvernements, le groupe prévoit de réaliser à nouveau 1 milliard d'euros de chiffre d'affaires en 2010 avec son remède préventif. Le point avec Jean Stéphenne, son PDG.