Tout sur Grande-Bretagne

Les ravages de l'actuelle pandémie ont quelque peu occulté les dégâts occasionnés par le Brexit. Traditionnellement tournées vers la Grande-Bretagne, nombre d'entreprises de Flandre doivent actuellement revoir leur organisation ou leur stratégie.

Eurostar tire la sonnette d'alarme et demande le soutien des autorités britanniques. "Sans financement additionnel du gouvernement, il y a un risque réel pour la survie d'Eurostar", a indiqué l'opérateur dans un communiqué. La société demande à bénéficier des mêmes soutiens consentis à d'autres opérateurs ferroviaires en Grande-Bretagne.

Plus de sandwichs dans les rayons d'un supermarché britannique emblématique à Paris, impossible pour les Britanniques d'accéder à leurs séries préférées en streaming sous le soleil espagnol, approvisionnements suspendus, complications fiscales... Des entreprises et des consommateurs font face à une série de couacs dans les échanges commerciaux trans-Manche, quelques jours après le Brexit.

Selon les stratégies suivies, la population active n'a pas été affectée de la même manière dans chaque pays. Mais lorsque les mesures de soutien à l'emploi s'arrêteront, le coup sera brutal

Dans de nombreux secteurs, comme le commerce, la banque et la médecine, la pandémie a accéléré le recours aux outils numériques.

Et pourquoi ne pas démarrer cette semaine avec une bonne nouvelle ? En effet, samedi dernier, le patron de Sanofi a annoncé que même si le coût du futur vaccin en cours d'élaboration, avec son concurrent GSK, n'est pas encore tout à fait défini, il s'est engagé à ce que ce coût soit de moins de... 10 euros la dose !