Tout sur Grande-Bretagne

L'Europe sera confrontée à un hiver difficile de par le fait que la Russie réduit ses approvisionnements en gaz naturel. "La réponse de l'Union européenne à la crise énergétique est trop tiède. Il me manque un sentiment d'urgence chez les décideurs politiques", déclare Mathieu Blondeel, expert en géopolitique de l'énergie à la Warwick Business School en Grande-Bretagne.

"Les énergies renouvelables ont déjà gagné" et vont se déployer partout dans le monde, mais ensuite, plus compliquée sera la seconde partie du chemin pour tendre vers 100% d'électricité verte, estime le directeur général de Voltalia, acteur du solaire et de l'éolien dans une vingtaine de pays.

Une hirondelle ne fait pas le printemps, c'est sûr, surtout quand l'auteur de cette chronique vous en parle un vendredi 21 janvier. Mais tout de même, j'aimerai que vous partiez en week-end avec 3 nouvelles positives.

A mesure que l'économie britannique se remettra de la pandémie, les conséquences du Brexit se feront, elles, toujours plus claires.

Les entreprises belges réalisant des échanges commerciaux avec la Grande-Bretagne appréhendaient l'année 2021 et l'entrée en vigueur du Brexit. Un an plus tard, les effets de la sortie du Royaume-Uni de l'Europe sont tangibles, "mais on semble avoir évité le scénario du pire", commente la Fédération des entreprises de Belgique (FEB) jeudi dans un communiqué. L'avenir reste incertain avec l'entrée en vigueur de nouvelles mesures.

L'actualité a ceci de génial qu'elle remet sans cesse nos certitudes en doute. La pandémie a par exemple montré que lorsque l'économie s'arrête, c'est un drame pour pas mal de citoyens. Et même si la croissance économique n'a pas que du bon, quand la croissance se détraque, c'est encore pire.

Le gouvernement britannique va déclarer lundi que "le seuil est atteint" qui lui permet de suspendre unilatéralement les dispositions douanières post-Brexit spécifiques à l'Irlande du Nord, au coeur d'un vif différend avec l'Union européenne.