Tout sur gouvernement Di Rupo

Les Belges régularisent en masse leur argent dissimulé à l'étranger. Jusqu'au 25 octobre dernier, 1.674 demandes d'amnisties ont été introduites pour un montant pesant un peu plus d'un milliard d'euros, rapporte De Standaard lundi. Après douze ans de régularisation, il y a encore beaucoup d'argent qui doit remonter à la surface.

Le ministre des Finances Johan Van Overtveldt (N-VA) a demandé à son administration de faire preuve de plus de clémence en matière d'amendes infligées aux entreprises dans le cadre de leur déclaration TVA, selon les informations de L'Echo et De Tijd publiées vendredi.

Dans 'Het geld is op. De financiële putten van België' (que l'on pourrait traduire par 'Il n'y a plus d'argent. Les puits financiers de la Belgique'), le journaliste du Trends néerlandophone Alain Mouton raconte l'histoire des tentatives impuissantes entreprises par nos politiciens ces dernières décennies pour mettre de l'ordre dans les dépenses publiques. Wilfried Martens, Jean-Luc Dehaene, Guy Verhofstadt, Yves Leterme, Herman Van Rompuy et Elio Di Rupo s'y sont cassé les dents. Avec le gouvernement Michel, il n'en va guère autrement. Une prépublication exclusive.

Quelle que soit la perversité de la logique fiscale belge, Kris Peeters n'a pas seulement à être satisfait, il peut également se vanter d'avoir raison, estime le rédacteur en chef de Trends Daan Killemaes.