Tout sur Giuseppe Conte

Une Europe "laide", "morte": la presse italienne exprime vendredi désarroi et colère contre l'UE au lendemain de la décision des 27 de reporter l'examen de mesures plus fortes contre les conséquences économiques de la pandémie de coronavirus.

Soixante millions d'Italiens priés de rester chez eux, au moment où la Chine, d'où est parti le coronavirus, semble voir la fin du tunnel: Rome applique mardi des mesures sans précédent dans le monde pour lutter contre l'épidémie, tandis que le président chinois Xi Jinping se rend pour la première fois à l'épicentre du Covid-19

Le gouvernement italien a déposé vendredi un recours devant la justice pour empêcher le groupe européen ArcelorMittal d'abandonner le site sidérurgique d'Ilva à Tarente (sud), considéré comme "un actif stratégique" de l'industrie.

La coalition populiste au pouvoir en Italie, que le chef de la Ligue Matteo Salvini a fait éclater, devrait être définitivement enterrée mardi avec une déclaration très attendue du chef du gouvernement Giuseppe Conte, au Sénat, et sa probable démission.

L'Italie traverse une crise inédite pouvant déboucher sur une multitude de scénarios : le vote d'une motion de censure et une chute du gouvernement avec potentiellement des élections anticipées ou bien la formation d'un nouveau gouvernement, soit à coloration politique, soit de techniciens.

Le gouvernement italien a calmé le jeu avec Bruxelles en annonçant mardi que le déficit public du pays ne dépasserait finalement pas 2,04% du PIB en 2019, un objectif qui a beaucoup varié mais devrait lui permettre, s'il est respecté, d'échapper à des sanctions.

L'Italie, affectée par le ralentissement de l'économie européenne et les tensions commerciales au niveau mondial, est entrée en récession fin 2018, compliquant encore plus l'équation budgétaire de la coalition populiste au pouvoir.