Tout sur Gare du Midi

Parmi les nouvelles expos au Musée de la photographie de Charleroi, ce sont les images du Belge Michel Vanden Eeckhoudt qui laissent les traces les plus prégnantes.

Jusqu'à la fin des années 90, les cyclistes payaient une taxe de mise en circulation pour leur deux roues qui s'élevait à un gros euro par an (entre 20 et 30 francs)rég. Pour contribuer aux nombreux aménagements réalisés en faveur de la Petite Reine ces dernières années à Bruxelles, certains automobilistes trouveraient logique que les cyclistes mettent aussi la main au portefeuille. Une idée qui tient la route ou une fausse bonne idée ? On essaie de vous résumer la situation.

La SNCB a décidé de reprendre en main la valorisation de son important patrimoine immobilier. Une nouvelle vision qui vise à densifier et diversifier les abords des gares. De quoi lui permettre de faire un sérieux tri dans ses nombreux terrains et immeubles. Et aussi de renflouer quelque peu les caisses.

Pascal Smet, le secrétaire d'Etat bruxellois à l'Urbanisme, dévoile ses ambitions. Revaloriser l'image de Bruxelles, densifier en hauteur, améliorer la qualité architecturale des immeubles ou encore verduriser la ville. Le tout en définissant un cadre de travail clair pour les promoteurs. Un vaste programme. Reste à voir s'il s'agit de promesses en l'air ou si cette vision se concrétisera sur le terrain.

La Région bruxelloise va réglementer l'occupation temporaire d'immeubles, une tendance qui prend de plus en plus d'ampleur dans la capitale. Un cadre législatif "souple et adapté" sera examiné fin avril par le gouvernement. Et ce selon le principe d'une dispense de permis et de la création d'un permis à durée limitée (pour les occupations entre six mois et deux ans).

La SNCB a opté pour la construction d'un nouveau siège central de 80.000 mètres carrés qui sera érigé le long de l'avenue Fonsny, à la gare du Midi à Bruxelles. Le projet sera financé via la vente de certains actifs immobiliers détenus par la société des chemins de fer belge dans le périmètre concerné, annonce jeudi L'Echo.

Après l'annonce de la société LSG Sky Chefs Belgium, basée à Zaventem et spécialisée dans le catering aérien, de son intention de supprimer 130 emplois, la phase d'information et de consultation, liée à la procédure Renault, a démarré mercredi. Les syndicats espèrent pouvoir réduire le nombre de licenciements.