Tout sur Galler

Victime des inondations survenues à la mi-juillet, la chocolaterie Galler à Vaux-sous-Chèvremont (Chaudfontaine, province de Liège) a repris sa production, annonce-t-elle jeudi par communiqué de presse. Localisée en plusieurs endroits, elle permettra également au personnel de l'entreprise de reprendre le travail.

Ce n'est pas le premier chocolatier belge à passer au 100% durable (Neuhaus ou Galler l'ont déjà fait) mais c'est une bonne nouvelle quand même!

Victime des inondations survenues à la mi-juillet, la chocolaterie Galler à Vaux-sous-Chèvremont (Chaudfontaine, province de Liège) estime les pertes et investissements nécessaires en vue d'assurer la continuité de ses activités à 9 millions d'euros, a indiqué jeudi Valérie Stefenatto, directrice "Markethic" de l'entreprise.

Déblayé, le site de Vaux-sous-Chevremont qui a été touché lors des inondations est maintenant en cours de nettoyage mais les infrastructures resteront à l'arrêt au moins jusqu'en fin d'année. La cinquantaine de travailleurs employés à l'atelier de Vaux-sous-Chèvremont est en chômage économique jusqu'en fin d'année.

L'entreprise de chocolaterie Galler, basée à Vaux-sous-Chèvremont, près de Liège, ferait pression sur ses travailleurs afin qu'ils signent individuellement une convention pour renoncer à leur prime de fin d'année, accuse mardi la FGTB Horval. "Inadmissible", alors qu'il s'agit d'une obligation figurant dans la convention sectorielle, fustige le syndicat socialiste.

Il a fondé les chocolats Galler et revendu sa marque, l'année dernière, à des investisseurs qataris. A 64 ans, le Liégeois, Manager de l'Année 1994, ne dépose pas pour autant le tablier et ouvre deux nouvelles boulangeries-pâtisseries avec son épouse, tout en poursuivant l'exploitation de son vignoble.

Des marques de chocolat (à l'origine) belges ? Côte d'Or, Godiva, Marcolini ou encore Galler. Des noms qui évoquent la tradition, industrialisée certes, mais la tradition quand même. Petit nouveau dans le secteur, Barú rue dans les brancards. Exportation, packaging, ingrédients, distribution : rien ne le fait ressembler à ces prédécesseurs.

"Nous recherchons un partenaire pour notre développement en France." Quel résultat un an plus tard ? "Cela n'a rien donné..." Le chocolatier wallon n'en a pas pour autant abandonné ses ambitions dans l'Hexagone. Il va simplement s'y prendre autrement.