Tout sur Frank Van Gool

Les ventes de voitures "full" électriques restent modestes. Mais ce chiffre est plus élevé s'il s'agit de véhicules de société. Chez Renta, la fédération des sociétés de leasing, on rappelle toutefois que les possibilités de rechargement seront plus rares quand le segment aura totalement décollé.

Pour les petits modèles, les voitures équipées de moteurs à combustion traditionnels coûtent toujours moins cher que les modèles électriques et les avantages fiscaux restent insuffisants. Dans les segments supérieurs, l'hybride rechargeable est souvent le meilleur choix.

La future taxe kilométrique bruxelloise, qui fâche Flamands et Wallons, embarrasse certains Bruxellois qui roulent dans une voiture de leasing. Ils pourraient aussi être doublement taxés. Le ministre Sven Gatz est conscient du problème.

Alors que la voiture de société est accusée de tous les maux, le secteur automobile s'efforce d'objectiver le débat avec une étude sur l'avenir de ces véhicules. Les gestionnaires de flotte sont confrontés à de nombreux défis comme la "dédieselisation" du parc automobile, les caprices de la fiscalité et la difficulté d'introduire un budget mobilité.

Sur proposition du ministre des Finances Johan Van Overtveldt (N-VA), le conseil des ministres a approuvé en première lecture, fin du mois dernier, les textes concernant l'indemnité de mobilité. Avec cette mesure, les employés pourront échanger leur voiture de société contre une somme d'argent en cash.

En un peu plus d'un an, le leasing pour les particuliers a pris sa place en Belgique. Pour toucher une clientèle attirée par des mensualités modérées. En 2016, 5.000 voitures ont été commercialisées de cette manière.

Le secteur du leasing est depuis longtemps partisan du budget mobilité. Le projet du gouvernement Michel de convertir la voiture de société en cash ne l'enthousiasme pourtant guère. "Il y a tromperie sur la marchandise", affirme Miel Horsten, président de la fédération sectorielle Renta.

Les membres de la Fédération des Entreprises Belges (FEB) en ont assez des files. Les entreprises expérimentent de plus en plus notre immobilité comme un handicap économique. L'organisation patronale propose un plan global pour démêler le noeud de la mobilité belge sans toutefois toucher à la voiture de société.