Tout sur Fortis Holding

Alors que le traitement des demandes d'indemnisation et les paiements relatifs à l'accord Fortis se poursuivent, quelque 230.000 plaintes sur les 290.000 déposées environ ont reçu une indemnisation partielle pour un montant total avoisinant 809 millions d'euros, indique vendredi le groupe Ageas, héritier de Fortis Holding, dans ses résultats trimestriels.

Ageas, successeur juridique de Fortis Holding, a trouvé un accord à l'amiable avec l'avocat Mischaël Modrikamen pour régler les procédures judiciaires entamées par ce dernier et ses clients contre Ageas, des anciens administrateurs de Fortis et certaines autres parties, liées aux événements de 2007 et 2008 qui ont vu le démantèlement du bancassureur.

Le groupe d'assurances Ageas, successeur de Fortis Holding, a annoncé mercredi, en marge de ses résultats semestriels, qu'environ 290.000 investisseurs ont fait une demande de compensation après la débâcle de Fortis en 2008. L'assureur, qui a dégagé 1,3 milliard d'euros pour indemniser les investisseurs lésés, espère y voir plus clair d'ici la fin de l'année sur le nombre de personnes qui ont réellement droit à une indemnisation.

L'accord de transaction de 1,3 milliard d'euros que l'assureur Ageas a conclu avec les organisations d'actionnaires lésés de Fortis, est définitif. En d'autres termes, l'héritier juridique de Fortis Holding, ayant déjà reçu 20.000 demandes, a décidé de ne pas faire usage de son droit de résiliation à la suite de l'accord transactionnel jugé contraignant le 13 juillet dernier par la justice néerlandaise.

Plus de 10 ans après la débâcle de Fortis, le parquet de Bruxelles a décidé de ne plus requérir de poursuites dans le cadre du dossier relatif au groupe bancaire, a-t-il annoncé jeudi.

Près de 10 ans après la chute du bancassureur belgo-néerlandais Fortis, des actionnaires lésés vont peut-être récupérer une partie de leurs pertes. La cour de justice d'Amsterdam se prononce en effet ce vendredi, après la clôture des marchés, sur le caractère contraignant ou non du règlement Fortis. Ce règlement, le plus important de ce genre en Europe, a vu Ageas, le successeur légal de Fortis Holding, mettre 1,3 milliard d'euros sur la table pour solder définitivement cette affaire héritée du démantèlement de Fortis en 2008.