Tout sur Forem

Le nombre de demandeurs d'emploi inoccupés (DEI) a augmenté de 2,9% ou 6.071 unités en Wallonie en juillet par rapport à juillet 2021, une hausse en partie attribuable à une modification administrative et à l'arrivée de nombreux jeunes inscrits au Forem à la fin de leurs études.

Pour y parvenir, le gouvernement flamand prévoit des réductions de cotisations sociales, la mise au travail massive de malades de longue durée ainsi que l'embauche annuelle d'au moins 4.000 demandeurs d'emploi originaires de Bruxelles et de Wallonie.

En 2022, 15 fonctions se sont rajoutées de façon nette (certains disparaissent, d'autres arrivent) à la liste de 2021.

L'année 2021 se clôture avec une demande d'emploi en baisse de 3,7% par rapport à l'année précédente, selon un bilan du Forem, l'office wallon de la formation professionnelle et de l'emploi. Malgré la crise du coronavirus qui a perduré, le marché du travail wallon a bénéficié d'une reprise de l'activité économique.

La Wallonie comptait fin octobre 195.949 personnes en demande d'un emploi et inoccupées, indique l'office wallon de l'emploi. Pour le huitième mois consécutif, ce nombre diminue à un an d'écart, se réjouit le Forem, qui ajoute que la demande d'emploi se situe même sous le niveau d'octobre 2019, soit avant la crise sanitaire.

Depuis mars 2021, la demande de l'emploi en Wallonie repart à la baisse pour atteindre aujourd'hui le chiffre de 201.797 demandeurs d'emploi inoccupés. Ce qui représente une diminution de 5,4 % par rapport à 2020 et ce, dans toutes les catégories d'âge, a indiqué lundi Marie-Kristine Vanbockestal, administratrice générale du Forem.

Le taux de chômage en Wallonie était de 13,2% en août contre 13,9% il y a un an et 13,4% en août 2019, a fait savoir jeudi le Forem. Pour le sixième mois consécutif, le nombre de demandeurs d'emploi inoccupés (DEI) diminue sur base annuelle. Il s'élevait à 211.653 personnes, près de 11.000 en moins que le même mois en 2020 (- 4,9%).

Les Wallons qui se rendent en Flandre pour trouver un job sont de moins en moins nombreux, relate L'Echo. Alors que 53.000 d'entre eux travaillaient encore au nord du pays en 2011, ils n'étaient plus que 42.000 dans le cas en 2020, soit un recul de 20% sur dix ans, d'après des chiffres collectés par le parlementaire flamand Robrecht Bothuyne (CD&V) et confirmés par le Forem.

Le mémorandum contient une cinquantaine de propositions et met l'accent sur plusieurs priorités, notamment un renforcement des mécanismes financiers et de solidarité pour couvrir les dégâts assurés (au-delà du plafond d'intervention des assurances) et non-assurés des particuliers ainsi que des entreprises.

Par rapport à juillet 2020, le taux de chômage a baissé de 5,4%. Cette diminution vaut pour toutes les tranches d'âge, même si elle est un peu plus importante chez les jeunes (9%).