Tout sur Forem

Depuis mars 2021, la demande de l'emploi en Wallonie repart à la baisse pour atteindre aujourd'hui le chiffre de 201.797 demandeurs d'emploi inoccupés. Ce qui représente une diminution de 5,4 % par rapport à 2020 et ce, dans toutes les catégories d'âge, a indiqué lundi Marie-Kristine Vanbockestal, administratrice générale du Forem.

Le taux de chômage en Wallonie était de 13,2% en août contre 13,9% il y a un an et 13,4% en août 2019, a fait savoir jeudi le Forem. Pour le sixième mois consécutif, le nombre de demandeurs d'emploi inoccupés (DEI) diminue sur base annuelle. Il s'élevait à 211.653 personnes, près de 11.000 en moins que le même mois en 2020 (- 4,9%).

Les Wallons qui se rendent en Flandre pour trouver un job sont de moins en moins nombreux, relate L'Echo. Alors que 53.000 d'entre eux travaillaient encore au nord du pays en 2011, ils n'étaient plus que 42.000 dans le cas en 2020, soit un recul de 20% sur dix ans, d'après des chiffres collectés par le parlementaire flamand Robrecht Bothuyne (CD&V) et confirmés par le Forem.

Le mémorandum contient une cinquantaine de propositions et met l'accent sur plusieurs priorités, notamment un renforcement des mécanismes financiers et de solidarité pour couvrir les dégâts assurés (au-delà du plafond d'intervention des assurances) et non-assurés des particuliers ainsi que des entreprises.

Par rapport à juillet 2020, le taux de chômage a baissé de 5,4%. Cette diminution vaut pour toutes les tranches d'âge, même si elle est un peu plus importante chez les jeunes (9%).

Le nombre de demandeurs d'emploi inoccupés en Wallonie a diminué en mai de 5,8% par rapport à un an auparavant, ce qui correspond à 12.007 personnes, indique mercredi le Forem, office de l'emploi wallon. Le nombre d'opportunités de travail a, lui, augmenté de 51%. La Flandre, quant à elle, comptait en mai 168.800 demandeurs d'emploi, ce qui représente une baisse de 29.483 unités en un an, indique mercredi la ministre flamande de l'Emploi Hilde Crevits. Il s'agit du plus faible nombre de demandeurs d'emploi depuis 2008.

Fin avril, la Région bruxelloise comptait 89.319 demandeurs d'emploi, soit 2.048 de plus par rapport à avril 2020 (+ 2,3%). La hausse du chômage est relativement semblable à celle constatée ces derniers mois, indique mardi Actiris. La réouverture des terrasses dans l'horeca le 8 mai prochain fait remonter les offres d'emploi dans ce secteur.

Alors que la réouverture progressive de l'horeca se profile le samedi 8 mai, le Forem a identifié 6.500 demandeurs d'emploi ayant une expérience avérée dans les métiers de ce secteur, annonce l'office de l'emploi wallon lundi. Restaurateurs, cafetiers et hôteliers en manque de personnel sont invités à venir puiser dans cette réserve.

Le taux de chômage des femmes en Wallonie a augmenté deux fois moins que celui des hommes dans la foulée de la crise sanitaire, indique lundi le Forem, en cette Journée internationale des droits des femmes. Cela ne veut pas dire que les femmes ont été épargnées par la crise, loin de là, Actiris, l'office régional bruxellois de l'emploi, estimant même que la crise du coronavirus a renforcé les inégalités et la discrimination des femmes face à l'emploi.

Le nombre de demandeurs d'emploi a augmenté de 4,4% en Wallonie en janvier par rapport au premier mois de l'année 2020, annonce lundi le Forem dans un communiqué. "Cette hausse reste toutefois en-deçà des pics constatés d'avril à juin 2020." Le taux de la demande d'emploi s'élève à 13,3% de la population active wallonne, contre 12,7% fin janvier 2020.

Pour arriver à un taux d'emploi de 80% d'ici 10 ans, il faudra créer 600.000 nouveaux emplois, selon l'analyse de la fédération de l'industrie technologique Agoria en collaboration avec les offices de l'emploi Actiris, Forem et VDAB. Pour les pourvoir, il sera nécessaire de mettre à l'emploi des personnes pour l'instant inactives, a-t-on affirmé mercredi.

Pour faire face à l'impact de la crise sanitaire sur l'emploi, le gouvernement wallon vient d'adopter la mesure "Tremplin 24 mois +" qui vise à remettre sur le marché du travail des chercheurs d'emploi depuis plus de 24 mois dans quatorze secteurs d'activités où les besoins de main d'oeuvre se sont accentués en raison du covid-19. La mesure, liée à une enveloppe de plus de 4 millions d'euros, entrera en vigueur à la mi-décembre, a annoncé l'exécutif régional mardi soir.