Tout sur Ford Genk

La direction de Ford Genk a établi son dernier programme de production. La date de fermeture définitive est désormais connue: le 18 décembre. La dernière voiture à être assemblée sur le site limbourgeois le sera le mercredi 17 décembre, avant de sortir de la chaîne de montage le lendemain.

La ministre fédérale de l'Emploi, Monica De Coninck, a approuvé, après avis unanimement positif des partenaires sociaux, le dossier de restructuration de Ford Genk prévoyant l'ouverture de la prépension (chômage avec complément d'entreprise) aux travailleurs âgés de 52 ans au moment de la fermeture de l'usine automobile.

Ford officialisera "dans les prochains jours" le plan social pour les travailleurs de l'usine de Genk. Cette annonce ainsi que d'autres facteurs qui normalisent la production de Ford Genk ont inspiré le constructeur qui va lancer une offensive commerciale de charme pour les modèles fabriqués dans le Limbourg. Depuis quelques mois, les commandes de S-Max, Mondeo et Galaxy ont chuté d'environ 76% en Europe.

Le constructeur automobile américain Ford a annoncé mardi que la fermeture de son usine de Genk en Belgique allait lui coûter 750 millions de dollars d'indemnités de départ, selon des termes négociés avec les syndicats d'ouvriers du site. L'usine de Genk emploie 4.000 ouvriers et 300 salariés administratifs et commerciaux. La fermeture du site, annoncée en octobre, est prévue pour la fin 2014.

La direction de Ford Genk demande mercredi au gouvernement de désigner un conciliateur social, après qu'aucun accord n'a pu être trouvé lors d'une longue réunion entre les syndicats et la direction européenne du constructeur automobile, mardi.

Ni la direction ni les syndicats n'ont souhaité dire quoi que ce soit sur les négociations vendredi soir. Un point de la situation sera proposé lundi aux équipe du matin et de l'après-midi lors d'une assemblée du personnel.

La production a repris sans incident mercredi matin chez Ford Genk et chez quatre fournisseurs, après une brève session d'informations vers 6h00. "Le début des négociations sur le plan social et la garantie d'un emploi jusqu'à fin 2014 sont maintenant très importantes", commente Hasan Düzgün, de l'ACLVB/CGSLB.

Le directeur de l'usine Ford Genk, Philippe Verbeeck, a salué, dans un courrier adressé aux travailleurs, la volonté du personnel de reprendre le travail. Il a confirmé par ailleurs que l'objectif était de produire des voitures jusqu'à la fin 2014 à Genk.