Tout sur FGTB

La fédération des entreprises de Belgique (FEB) regrette "que les syndicats aient décidé d'entraver la difficile relance économique, de compromettre la compétitivité de notre économie et par conséquent de mettre à mal l'emploi", exprime-t-elle dans un communiqué lundi. "Convaincue" de ne pas être la seule à juger la journée d'actions nationale décrétée par la CCS et la FGTB "irresponsable", elle lance le #jetravailleaujourdhui.

Les syndicats CSC et FGTB ont appelé mercredi à l'organisation, le 29 mars prochain, d'"une large journée d'actions assortie de grèves dans diverses entreprises et organisations du pays". Les syndicats exigent que les secteurs en bonne santé malgré la crise puissent accorder des augmentations de salaire supérieures à 0,4%. Le syndicat libéral, lui, n'appelle pas à la grève mais mènera des actions de sensibilisation.

Le front commun syndical ne prendra pas part à la prochaine réunion de concertation sociale mercredi. Les syndicats ne souhaitent plus négocier avec le patronat une norme salariale de 0,4%, calculée par le Conseil central de l'économie. "Il est impossible de négocier des augmentations salariales suffisantes à l'intérieur d'un carcan aussi étriqué", affirment-ils mardi dans un communiqué.

Le président de la FGTB estime que la fixation d'une norme salariale représenterait une menace pour la paix sociale, alors que patrons et syndicats doivent prochainement entrer dans le vif du sujet des négociations pour la conclusion d'un accord interprofessionnel (AIP) 2021-2022.

Sous le slogan "Pour un travail juste, pas juste un travail", une délégation du syndicat socialiste FGTB a mené une action mercredi matin devant la chambre de commerce bruxelloise BECI. La délégation a été reçue par l'organisation patronale pour une "discussion constructive", selon le syndicat à la sortie.

Le fabricant d'ampoules Philips va supprimer 158 emplois à Turnhout, 109 postes d'ouvriers et 49 postes d'employés. Cette annonce a été faite lors d'un conseil d'entreprise extraordinaire, selon un délégué syndical ABVV (FGTB).

Il y aura de la marge pour un renforcement du pouvoir d'achat dans les deux prochaines années, assure mardi la FEB. Mais celle-ci ne doit pas peser sur la position concurrentielle des entreprises belges, nuance rapidement la fédération patronale.

La Confédération des syndicats chrétiens (CSC) comprend le mouvement des gilets jaunes mais reste prudente par rapport à ses revendications, "qui ne sont pas claires", indique mercredi, dans La DH, sa secrétaire générale Marie-Hélène Ska.