Tout sur Fevia

L'industrie alimentaire belge a enregistré d'excellents résultats en 2019, notamment en termes d'investissements et d'emploi, mais la crise du coronavirus a déjà entraîné une baisse moyenne du chiffre d'affaires de 30% pour les entreprises du secteur, a indiqué jeudi Fevia. La fédération de l'industrie alimentaire belge espère inverser la courbe ces prochaines années, notamment en renforçant le marché belge.

La majorité des acteurs de l'industrie alimentaire travaillent, avec succès, à la réduction des déchets d'emballage, ressort-il de l'évaluation du plan tri-annuel 2016-2019 de la Fédération coupole, Fevia. Cependant, le volume des produits alimentaires mis sur le marché ayant augmenté de 31% entre 2004 et 2018, la quantité d'emballages, en valeur absolue, est restée stable sur cette même période, selon les chiffres de Fost Plus et Valipac.

Les entreprises alimentaires sont des employeurs attrayants, aussi pour qui n'est pas un vrai spécialiste de l'alimentation. " Nous cherchons tout aussi bien des électriciens et des techniciens d'entretien, mais eux, on ne les associe pas directement à l'alimentation ", dit Bart Buysse, CEO de Fevia, lorsque nous lui demandons pourquoi un secteur attrayant ne parvient quand même pas à remplir toutes les places vacantes. " De plus, nous ne subissons pas bêtement la pénurie sur le marché de l'emploi. Notre employer brand 'Food At Work' parvient avec succès à mettre en exergue les atouts du secteur en tant qu'employeur. Aujourd'hui déjà, nous investissons aussi pleinement dans les compétences qui nous seront indispensables dans les jobs de demain. "

En un an, l'industrie agroalimentaire belge a enregistré 16,2% de recettes supplémentaires en expédiant ses produits outre-Manche, selon les calculs de la fédération du secteur, la Fevia, relayés vendredi par Le Soir. Les Britanniques redoutent des pénuries d'aliments et se constituent des réserves.

L'industrie alimentaire belge, dont des représentants prennent part à la mission économique au Mexique menée par la princesse Astrid, voit des possibilités de croissance dans ce pays, indique lundi Fevia, fédération belge de cette industrie. Une grosse vingtaine d'entreprises de l'agro-alimentaire est du voyage au Mexique, ce pays constituant actuellement le deuxième marché d'exportation d'Amérique latine pour les aliments et boissons du Plat pays.

Le ministre des Finances Alexander De Croo (Open Vld) exhorte les entreprises belges à donner un coup d'accélérateur aux préparatifs en vue d'un Brexit, au lendemain du rejet par les députés britanniques de l'accord de retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne. "Aujourd'hui, à 72 jours d'un éventuel Brexit, seule une entreprise sur cinq qui fait des affaires avec le Royaume-Uni est préparée aux formalités douanières", souligne M. De Croo.