Tout sur federal reserve

Selon Peter Vanden Houte, économiste en chef chez ING Belgique, les taux d'intérêt à long terme ont atteint un niveau plancher. "Le vent favorable sur le marché immobilier diminue donc, à un moment où les prix ne sont déjà pas très bon marché."

Citigroup, Metlife, Ally et SunTrust auraient échoué aux stress-tests menés par la Federal Reserve sur 19 grandes banques américaines. Leur ratio de fonds propres durs serait inférieur à 5 % au quatrième trimestre de 2013.

Pour le patron de la Réserve fédérale à Dallas, la crise financière a exposé les menaces posées par le gigantisme de certaines banques. Sa solution : nouer un "accord international qui casserait ces établissements en plusieurs autres de taille plus gérable".

La Federal Reserve a nettement dégradé mercredi ses prévisions économiques, avec une croissance qui devrait selon elle être encore sous les 3% en fin d'année, et un chômage et une inflation à des niveaux supérieurs à ceux espérés jusque-là.

Apparemment pas pour nombre de sénateurs américains, qui se sont opposés à la nomination de Peter Diamond, prix Nobel d'économie 2010, au directoire de la Federal Reserve, la banque centrale US.

Les cours de l'or ont atteint un nouveau record lundi, à près de 1.580 dollars l'once, continuant de profiter de la politique très accommodante de la Federal Reserve, qui affaiblit le billet vert.

Ben Bernanke, patron de la Federal Reserve, a réaffirmé la priorité au soutien à la croissance par rapport à la lutte contre l'inflation. Pourtant, les constats économiques sont les mêmes des deux côtés de l'Atlantique. Les explications d'Arnaud Raimon, fondateur d'Aliénor Capital.

La politique "ultra-accommodante" de la Réserve fédérale, la banque centrale américaine, affaiblit le dollar face à l'euro, qui s'installe au-dessus de 1,48 dollar. De quoi, au passage, doper l'or un peu plus encore.

21.000 transactions, 3.300 milliards de dollars fournis au secteur financier : la Réserve fédérale a livré les détails des banques aidées entre 2007 et 2009. En Belgique, c'est Dexia qui a reçu l'aide la plus importante, devant KBC et Fortis.

La Réserve fédérale s'est dite "prête à de nouvelles mesures d'assouplissement quantitatif", qui consistent à injecter des liquidités sur les marchés du crédit pour soutenir l'activité. De quoi redonner de l'énergie à la Bourse new-yorkaise... et refaire plonger le dollar face à l'euro.

Fini le temps où Washington assurait au monde qu'il voulait un dollar fort. Alors que le biller vert a plongé à un plus bas de cinq mois contre l'euro, le gouvernement américain semble très bien s'accommoder de la tendance.

Des chômeurs de longue durée de plus en plus nombreux, des ménages qui n'osent plus dépenser, des saisies immobilières à nouveau en hausse... La première économie mondiale patine. De quoi doucher les espoirs de redémarrage européens.

"Lehman a été forcé de déposer le bilan non pas à cause de sa négligence ou d'un refus à chercher des solutions à la crise, mais à cause d'une décision, basée sur des renseignements faux, de ne pas lui apporter le soutien offert à chacun de ses concurrents", dénonce aujourd'hui Dick Fuld, ex-patron de la banque d'affaires déchue.

Son jugement sur la conjoncture, plus négatif que lors des dernières réunions, a amené la Réserve fédérale à reprendre des mesures stoppées plus tôt dans l'année. Des mesures destinées à contrer le resserrement monétaire qu'entraînait l'arrivée à maturité de certains titres détenus par la banque centrale.

La Réserve fédérale, moins optimiste pour les perspectives de la croissance et de l'emploi, envisage de nouvelles mesures de soutien à l'économie si nécessaire, indiquent les minutes de sa réunion de politique monétaire de juin, publiées mercredi.

Le PIB belge a progressé de 0,1 % au premier trimestre de 2010, soit une hausse de 1 % par rapport au même trimestre un an plus tôt. Outre-Atlantique, le président de la Fed table sur une croissance de 3,5 % cette année, et compte faire mieux encore en 2011. Au niveau international, la Banque mondiale prévoit une croissance de 2,9 % à 3,3 %, deux fois plus forte dans les pays en développement que dans les pays à revenus élevés.