Tout sur Fed

Commentaires intempestifs de Donald Trump, flottement autour de la communication de la Banque centrale et d'autres éléments purement économiques ont fortement secoué les marchés ces derniers jours. Voici les principales causes de la nervosité des investisseurs.

Donald Trump a une nouvelle fois tempêté lundi contre la Banque centrale américaine dans un contexte de grande inquiétude sur les perspectives de croissance de la première économie du monde, illustrée par la poursuite du recul de Wall Street, dont la fébrilité est accentuée lundi par le blocage partiel des administrations de Washington.

La Banque centrale américaine (Fed) termine jeudi une réunion de politique monétaire au lendemain des élections de mi-mandat aux Etats-Unis, dont le résultat en demi-teinte ne va pas peser sur l'intention de la Banque centrale de maintenir de toute façon un statu quo sur les taux d'intérêt.

Un vent de panique a gagné les places boursières mondiales jeudi, après un mercredi noir à Wall Street causé, selon le président américain Donald Trump, par la politique de relèvement des taux menée par la banque centrale américaine (Fed).

Le 18 juillet dernier, le président de la Fed, Jerome Powell, tenait sa traditionnelle session de questions-réponses devant la commission financière du Congrès américain. Au-delà de son exposé sur la situation macro-économique des Etats-Unis et ses craintes de voir le protectionnisme altérer la croissance, la question d'une prochaine récession aux Etats-Unis n'a pu être éludée.

La banque centrale américaine (Fed) devrait laisser ses taux d'intérêt inchangés mercredi à l'issue d'une réunion de politique monétaire, observant une pause qu'anticipaient déjà les marchés avant les critiques de Donald Trump vis-à-vis des tours de vis monétaires.

La banque centrale américaine (Fed) conclut mercredi une réunion monétaire au cours de laquelle elle devrait maintenir les taux d'intérêt en l'état mais confirmer son intention de les relever plus tard dans l'année malgré le mécontentement de Donald Trump.