Tout sur Fed

L'onde de choc du coronavirus a déjà mis à genoux l'économie américaine et des millions de gens au chômage, mais ces statistiques inquiétantes n'ont, pour l'heure, pas fait vaciller le dollar. La devise américaine affiche au contraire une forme insolente.

La Banque centrale américaine a brutalement abaissé ses taux à zéro dimanche, comme le réclamait le président Donald Trump depuis des mois, pour contrer une baisse de la croissance au deuxième trimestre et rassurer les marchés face aux ravages de l'épidémie de nouveau coronavirus.

La Banque d'Angleterre (BoE) a annoncé mercredi une baisse surprise de ses taux à 0,25% afin d'aider l'économie britannique face au "choc" de l'épidémie de coronavirus, une décision qui intervient quelques heures avant la présentation du budget par le gouvernement.

Donald Trump, qui doit dévoiler mardi des mesures pour stimuler l'économie américaine face au risque du nouveau coronavirus, a qualifié mardi de "minable" la Banque centrale, l'accusant de lenteur dans ses prises de décision pour lutter contre l'impact économique de l'épidémie.

Le président américain Donald Trump s'est dit vendredi convaincu que les marchés, qui ont plongé à cause de l'épidémie de nouveau coronavirus, "vont rebondir", et a de nouveau appelé la Fed à abaisser ses taux pour stimuler l'économie.

La Fed a laissé mercredi ses taux inchangés à l'issue de sa première réunion monétaire de l'année, malgré la pression de Donald Trump en faveur d'une nouvelle baisse, et l'incertitude que fait peser le nouveau coronavirus sur les perspectives de l'économie mondiale.

L'année 2019 aura été étrangeà plus d'un titre. Alors que l'économie n'a cessé de se dégrader, les marchés boursiers ont plutôt connu une année positive. Alors que l'on s'attendait à une poursuite (ou à un début dans le cas de la zone euro) de la normalisation de la politique monétaire, et donc à des hausses de taux, les banques centrales ont fait volte-face très tôt dans l'année. Au final, les taux sont bien plus bas que prévu. Et que dire de la victoire de Boris Johnson là où Theresa May a échoué ?

La Banque centrale américaine (Fed) s'apprête à baisser légèrement les taux d'intérêt pour la troisième fois de suite, selon les marchés, alors que la croissance américaine ralentit mais résiste mieux que prévu.

"La Fed n'a pas la moindre idée de ce qu'il se passe!" C'est encore sous les estocades de Donald Trump que la Banque centrale américaine (Fed) conclut mercredi une réunion monétaire devant déboucher sur une nouvelle baisse des taux... mais pas assez pour le président américain.