Tout sur Facebook

Bruxelles dévoile mercredi des mesures destinées à lutter contre la désinformation liée au nouveau coronavirus, appelant les géants de l'internet à rendre des comptes et dénonçant des campagnes de la Russie et la Chine.

Si comme moi vous lisez régulièrement la presse écrite, vous aurez sans doute remarqué que durant ces dernières semaines, Google qui ne fait pas beaucoup de publicité dans la presse a acheté des pages entières pour faire la publicité de MEET son nouvel outil de visioconférence.

Pionnier du Web ayant notamment fondé l'hébergeur iFrance et le site de rencontres Meetic, Marc Simoncini constitue l'un des exemples de réussite entrepreneuriale française sur Internet. Mais derrière le parcours fulgurant et le succès, se cachent aussi de nombreuses difficultés et échecs... qu'il se plaît a raconter. Et à valoriser.

Ultra-dominé par Google, le moteur de recherche français est encore une alternative confidentielle. Mais Qwant a l'ambition d'atteindre 15 % de parts de marché en Europe d'ici 2021, en attirant les internautes soucieux de défendre leur vie privée.

Une plateforme de jeux en ligne lancée par un jeune Louvaniste cartonne à l'étranger : en seulement quatre ans, elle est devenue une référence et enregistre plus de 10 millions de visiteurs.

À la recherche de recettes pour financer les mesures sociales annoncées la semaine dernière par Emmanuel Macron, le gouvernement français a tranché: il taxera dès le 1er janvier les géants du numérique, sans attendre un éventuel accord au sein de l'Union européenne.

Ouvert il y a 18 mois, l'incubateur de l'entrepreneur français Xavier Niel, dans le XIIIe arrondissement de Paris, a déjà produit de belles réussites, comme l'appli Yuka. Mais sous la halle géante où tout converge pour favoriser les initiatives, la vie des "start-upers" n'est pas exempte de stress et de doutes.

Le site de microblogs chinois Weibo lorgne les marchés étrangers et envisage de lancer de nouveaux produits, dans différentes langues, déclare à l'AFP un haut responsable de l'entreprise en balayant toute éventuelle réserve en matière de censure et de crédibilité.

Un ancien employé de Facebook a déploré mardi la sous-représentation des personnes noires au sein des équipes du réseau social, affirmant que celles-ci faisaient l'objet de remarques et comportements désobligeants de la part des autres employés.