Tout sur États-Unis

Le Belge Georges Ugeux, 73 ans, a été vice-président de la Bourse de New York. Il a accordé une interview au journal De Standaard sur la crise économique causée par le coronavirus. Extraits.

Le début de semaine avait été un peu plus clément sur les marchés, mais mercredi l'anxiété revenait en force, avec de sévères reculs sur les places européennes et une ouverture qui s'annonçait négative aussi à Wall Street.

Alors que l'épidémie se répand aux États-Unis, où elle a déjà fait un millier de morts, les autorités américaines se préparent à mettre en place un plan de sauvetage doublement historique : historique par son montant d'abord, 2.000 milliards de dollars. Historique par sa nature aussi : c'est la première fois qu'un pays pratique vraiment la "monnaie hélicoptère", en distribuant de l'argent à une bonne partie de ses citoyens pour faire redémarrer l'économie.

Le groupe alimentaire Vandemoortele sera dirigé par Yvon Guérin, actuel dirigeant de la division boulangerie, à partir du 1er juillet, annonce-t-il vendredi à l'occasion de la publication de ses résultats financiers. Il succédera alors comme CEO à Jules Noten, qui quittera l'entreprise après huit ans en son sein.

Wall Street s'est envolée mardi, rebondissant nettement au lendemain de la plus lourde chute des indices new-yorkais depuis 2008 avec l'espoir de mesures de soutien économique aux États-Unis pour faire face à l'impact du coronavirus.

Ontex investira dans un premier site de production aux États-Unis, annonce mercredi le fabricant belge de langes et de serviettes hygiéniques. Jusqu'à présent, l'entreprise approvisionnait le marché américain principalement à partir du Mexique. Ontex compte également un nouveau président après la démission de Luc Missorten.

Considérée hier encore comme le moteur de l'Europe, si pas sa locomotive, et présentée comme un modèle depuis belle lurette, l'Allemagne semble aujourd'hui s'enfoncer dans la crise. Elle donne le sentiment d'avoir, à ce stade, raté la reconversion de son industrie automobile, d'avoir manqué sa révolution numérique et d'avoir pris du retard dans sa transition énergétique. Et pour couronner ce bilan négatif, suite à la faiblesse de sa classe politique, l'Allemagne a aussi perdu de son pouvoir en Europe et son rôle de leader.

Alors que l'accord de Paris visant à réduire à l'horizon 2030, l'empreinte carbone de 190 pays (soit le monde entier) d'au moins 20%, peine à trouver de l'élan, cela fait 30 ans qu'au nord de l'Europe, la "petite" Suède expérimente avec succès une solution pour réduire drastiquement ses émissions de CO2. Et si la marche à suivre était en fait sous nos yeux ?