Tout sur Etat

La compagnie aérienne britannique EasyJet a indiqué qu'elle allait immobiliser l'ensemble de sa flotte pour une durée indéterminée à cause de la pandémie de coronavirus et des nombreux pays européens en confinement.

Puisque, pour reprendre les termes du président français Emmanuel Macron, "nous sommes en guerre", les armes sont sorties des fourreaux. Aux Etats-Unis, la Réserve fédérale a multiplié les interventions. En Europe, la Banque centrale européenne a réagi elle aussi rapidement en rachetant pour 750 milliards d'euros afin d'aider les Etats à se financer et éviter un écartèlement de la zone euro.

Quand les citoyens applaudissent les soignants tous les soirs à 20 h, quand les entreprises ont recours au chômage économique pour des centaines de milliers de travailleurs, la sécurité sociale peut-elle, demain, être encore la cible d'économies ?

La construction imparfaite de la zone euro - qui n'a pas harmonisé son marché du travail, sa fiscalité, son système bancaire (il manque encore un fonds de garantie des dépôts au niveau européen) et qui n'a pas de vrai système de transferts pour aider un pays en difficulté - la rend fragile aux grands chocs extérieurs.

La crise sanitaire que nous vivons suscite énormément d'interrogations. Nous allons tenter d'y répondre, une par une, tous les jours. Hier nous nous sommes penchés sur les mesures prises par la BCE. Aujourd'hui, nous allons voir qui va régler la facture...

La Commission européenne a voulu rassurer mardi les 27 inquiets des conséquences de l'épidémie de nouveau coronavirus sur leurs économies, promettant de mobiliser "tous les instruments à disposition" pour les soutenir, dont un nouveau fonds spécialement dédié.

Malgré la crise sanitaire à sa porte, Singapour est en passe de gagner la bataille des capitales du business asiatiques. La cité-Etat prospère grâce à la société d'investissement publique Temasek, à la pointe d'un écosystème qui ne cesse de se réinventer.

Février est le mois au cours duquel un air de romance un peu forcé donne un coup de pouce à l'économie en général, et au secteur horeca en particulier. Je rebondis sur cette pensée pour évoquer une catégorie de travailleurs généralement peu aimés, surtout des entrepreneurs : les fonctionnaires. Que savons-nous d'eux?