Tout sur Etat

S'il y a bien des déclarations qui ne sont pas passées inaperçues dernièrement, ce sont celles de Steven Vanden Berghe, le patron du Service des décisions anticipées du fisc ("ruling"). Selon lui, des milliards d'euros d'argent noir dormiraient encore sur des comptes bancaires en Belgique.

Alors que notre économie dépend tellement de l'étranger, un plan de relance est-il utile ? C'est la question que posait le gouverneur de la BNB. Aujourd'hui, la relance se heurte à des obstacles financiers, économiques et politiques. Explications.

La voie est libre pour le sauvetage du premier groupe de transport aérien européen: le principal actionnaire de Lufthansa, un milliardaire allemand qui menaçait de voter contre, a annoncé mercredi qu'il approuverait ce plan de 9 milliards d'euros (9,6 milliards de francs).

La crise du coronavirus risque-t-elle de plomber l'essor du marché immobilier à la côte ? Malgré la pression sur les prix suggérée par les derniers chiffres, les professionnels ne discernent aucune baisse. L'appétit pour l'immobilier côtier est intact, pour le moment du moins.

La compagnie aérienne allemande Lufthansa, maison-mère de Brussels Airlines, a mis en garde, mercredi, contre un échec possible du plan de sauvetage concocté par l'Etat allemand et l'entreprise. Ce plan prévoit en l'échange d'une injection de 9 milliards d'euros par l'Etat une prise de participation de 20% dans le capital et de deux sièges au conseil d'administration de Lufthansa.

On a entendu à plusieurs reprises, en cette époque où l'on songe à accorder diverses "aides" à certains secteurs et à certaines entreprises, cette fameuse phrase, souvent répétée par des hommes politiques de gauche : "On ne peut privatiser les bénéfices et socialiser les pertes". Il est tout à fait exact qu'un parallélisme doit exister entre la possibilité de réaliser des bénéfices et le risque de supporter des pertes : on ne peut à la fois s'accaparer pour soi les bénéfices et faire supporter les pertes par l'Etat, ni d'ailleurs l'inverse.

C'est fait, le nombre de faillites va augmenter en Belgique et plus que probablement après cet été. Je ne suis ni devin, ni sorcier, c'est juste mécanique. Le gouvernement a décidé qu'à partir de ce mercredi 17 juin, il ne prolongera pas le moratoire sur les faillites. Dès lors c'est implacable : les faillites qui étaient au frigo depuis deux mois seront bientôt publiques...

La banque Belfius, aux mains de l'Etat belge, et l'opérateur télécom Proximus, dont l'Etat est également actionnaire majoritaire, ont développé un partenariat "stratégique unique de grande ampleur", indiquent-ils vendredi dans un communiqué. Sous réserve de l'approbation des autorités compétentes, les deux entités commercialiseront une offre "exclusive et digitalement intégrée" pour leurs clients à partir de l'année prochaine via un écosystème "disruptif".

La banque Belfius, aux mains de l'Etat belge, et l'opérateur télécom Proximus, dont l'Etat est également actionnaire majoritaire, ont développé un partenariat "stratégique unique de grande ampleur", indiquent-ils vendredi dans un communiqué

La plus grosse fortune du continent veut à tout prix limiter la propagation de la pandémie. Il y va de l'avenir de l'Afrique et du Nigeria, où il s'est lancé dans la construction de la plus grande raffinerie de pétrole au monde pour assurer son indépendance énergétique. On lui prête aussi des ambitions politiques.

L'économie française devrait plonger d'environ 10% cette année, malgré une reprise "progressive" de l'activité à partir du troisième trimestre, selon une estimation publiée mardi par la Banque de France, qui juge que le PIB ne retrouvera pas son niveau d'avant crise avant la mi-2022.

La crise sanitaire a causé des "dommages permanents" à l'économie belge - hausse structurelle du chômage, déficit budgétaire "insoutenable", faillites, baisse du commerce - et entraîné une perte cumulée de 47 milliards d'euros, est-il ressorti lundi de la présentation des perspectives de la Banque nationale (BNB).