Tout sur Etat

En cette période de rentrée scolaire et de rentrée en entreprise, ceux et celles qui ont la chance d'avoir un emploi savent que leur entreprise ne tourne sans doute pas encore à 100 %, souvent c'est plutôt à 90 % de son potentiel...

Alors que la dette "pourrie" (junk) d'entreprises a fleuri sur les marchés financiers mondiaux à la faveur de la crise du Covid-19, cinq définitions pour comprendre les subtilités de ce marché.

Durant le mois d'août, la dette de l'Etat fédéral a augmenté de 4,025 milliards d'euros pour atteindre 434,953 milliards d'euros à la fin du mois, a annoncé vendredi l'Administration Générale de la Trésorerie du SPF Finances. En termes nets, après déduction des placements financiers et titres en portefeuille, elle a augmenté de 568,860 millions d'euros et atteint 400,137 milliards d'euros à la fin du mois.

Que faudrait-il pour redonner au pays un souffle nouveau ? Le livre de Rudy Aernoudt fourmille de propositions, mais au-delà de leur nombre et de leur pertinence, elles sont aussi interdépendantes. L'électrochoc que l'économiste veut faire subir au pays est en effet total, embrassant à la fois les domaines politique, financier, économique et culturel. En voici un échantillon.

Le rapprochement entre les deux principaux partis du pays ne surprend pas trop le monde économique. Au-delà des slogans de campagne, ils peuvent en effet se retrouver pour parler emploi, fiscalité et, bien entendu, réforme de l'Etat.

Le premier groupe européen du transport aérien Lufthansa, sauvé de la faillite par l'Etat allemand, s'attend à une année largement dans le rouge en raison de la pandémie de Covid-19 et juge désormais irréaliste de réaliser les 22.000 suppressions d'emplois sans licenciements.

S'il y a bien des déclarations qui ne sont pas passées inaperçues dernièrement, ce sont celles de Steven Vanden Berghe, le patron du Service des décisions anticipées du fisc ("ruling"). Selon lui, des milliards d'euros d'argent noir dormiraient encore sur des comptes bancaires en Belgique.