Tout sur Essenscia

Paperasse supplémentaire, retards dans les processus logistiques, coûts additionnels qui, pour certains groupes de produits, ont même quadruplé..., 50 jours après sa réalisation complète, le Brexit laisse un goût amer aux entreprises chimiques et pharmaceutiques belges, selon la fédération sectorielle Essenscia.

Alors que l'année scolaire se termine, et que certains cherchent peut-être encore leur voie, Essenscia Wallonie lance mercredi un appel. Quelque 720 emplois sont disponibles dans les entreprises de la chimie, des matières plastiques et des sciences de la vie dans le sud du pays. "La recherche de talents est un véritable défi pour le secteur."

L'événement annuel d'Essenscia, la fédération belge des industries chimiques, des matières plastiques et des sciences de la vie, s'est tenu au Square Brussels Meeting Centre sur le thème de l'économie circulaire.

Six entreprises qui vont de la start-up à la multinationale, six domaines différents allant des matières plastiques aux médicaments, mais des entreprises qui partagent la même ambition : repousser les limites du développement durable. Ces entreprises belges sont tournées vers l'avenir.

" La durabilité fait partie de l'ADN de la chimie et des sciences de la vie ", Wouter De Geest, président de la fédération sectorielle essenscia et CEO de BASF Anvers, est explicite. Un meilleur avenir pour nos enfants et nos petits-enfants, nos entreprises et notre planète ? Cela dépendra en grande partie des innovations issues de la chimie et de la pharma.