Tout sur Ericsson

Le fabricant suédois d'équipements de télécommunications Ericsson a annoncé vendredi poursuivre en Grande-Bretagne, en Allemagne et aux Pays-Bas le géant américain de l'informatique Apple pour violation de brevets. Ericsson a déjà porté plainte contre l'Américain aux Etats-Unis au même motif.

Le fabricant de composants pour téléphones portables ST-Ericsson a annoncé lundi qu'il allait supprimer 1.600 emplois dans le monde, en vue de sa division entre ses deux maisons-mères, le suédois Ericsson et le franco-italien STMicroelectronics.

Pour redresser ses bénéfices, l'équipementier télécoms a annoncé un plan de restructuration qui conduira à la suppression de 9% de ses effectifs en Suède, dont la majorité dans la division réseaux.

Sony Ericsson a clôturé un troisième trimestre dans le vert, après plusieurs trimestres de pertes. Pas de quoi pavoiser, cependant : le groupe nippo-suédois ne le doit pas à ses ventes - décevantes - mais aux coupes claires opérées dans ses effectifs.

Il y aura autant d'utilisateurs de l'Internet mobile en 2015 qu'il y a aujourd'hui d'abonnés à la téléphonie mobile de 2e génération, estime Ericsson. Soit 3,5 milliards d'individus. Une explosion qui ne devrait pas s'apaiser de sitôt, puisque le géant suédois des télécoms mise sur 6 milliards d'utilisateurs en 2020.

L'équipementier télécom suédois Ericsson, numéro un mondial des réseaux mobiles, a annoncé lundi avoir remporté des contrats d'une valeur de 1,8 milliard de dollars (1,3 milliard d'euros) avec deux opérateurs de téléphonie chinois, les géants China Mobile et China Unicom.