Tout sur Engie

Engie et l'Etat belge ont conclu un accord de principe pour prolonger Doel 4 et Tihange 3 pendant 10 ans à partir de l'automne 2026. Un accord définitif est attendu pour la fin de l'année.

Le gouvernement fédéral et Engie sont parvenus à un accord de principe concernant la prolongation de l'exploitation des réacteurs nucléaires Doel 4 et Tihange 3 pour une période de dix ans, ont annoncé vendredi matin le Premier ministre Alexandre De Croo et la ministre de l'Énergie, Tinne Van der Straeten, dans un communiqué.

La ministre de l'Energie, Tinne Van der Straeten, présentera à ses collègues un avant-projet de loi sur la taxation des surprofits des entreprises du secteur énergétique avant les vacances, a-t-elle indiqué jeudi. Devant la Chambre, elle n'a toutefois pas indiqué les modalités de la formule qu'elle proposera.

Les discussions en cours entre l'État belge et le groupe Engie sur la prolongation de deux réacteurs nucléaires au-delà de 2025 se déroulent difficilement. Si elles ne devaient pas aboutir, le mécanisme de rémunération de capacité (CRM) devra être réactivé comme prévu, a indiqué dimanche le co-président d'Ecolo, Jean-Marc Nollet, sur le plateau de "C'est pas tous les jours dimanche" (RTL-TVi).

La Commission de régulation de l'électricité et du gaz (Creg) a, dans une présentation au parlement, proposé de considérer les bénéfices des centrales au gaz supérieurs à 100 euros par mégawatt et par an comme des bénéfices excédentaires et les taxer avec un impôt qui pourrait atteindre 70%. Ceci afin de maintenir un contrôle sur les prix de l'énergie, relate De Standaard samedi.

Engie a posé ses conditions à une prolongation potentielle du nucléaire jusqu'en 2035 en Belgique. Le producteur et fournisseur d'énergie ne s'engagera ainsi dans un tel projet que "dans le cadre d'une approche équilibrée de partage des risques, avec un dispositif réglementaire défini, stable et viable pour l'investissement requis, comprenant également un cadre clair pour le démantèlement et la gestion des déchets nucléaires".

Les grandes manoeuvres énergétiques pourraient - ou devraient - entraîner des virages majeurs pour le marché énergétique belge: cadre régulatoire à long terme, changement d'opérateur, intervention de l'Etat... Un deal avec Paris? Et avec quelle vision stratégique à long terme?