Tout sur emprunt

L'administration du Trésor envisage un emprunt à 50 ans pour profiter de taux d'intérêt qui n'ont jamais été aussi bas, a indiqué mardi le ministre des Finances, Johan Van Overtveldt, en commission de la Chambre.

Bien que les taux hypothécaires proposés par les banques n'évoluent guère, il est possible de profiter de la baisse des taux d'intérêt. Du moins si vous avez soigné votre profil d'emprunteur ou avez déjà un crédit en cours.

La baisse des demandes et des octrois de crédits hypothécaires s'est poursuivie au premier trimestre 2014. Par ailleurs, le montant moyen emprunté pour l'achat d'un logement a de nouveau légèrement baissé au cours du premier trimestre de 2014 pour arriver à environ 133.000 euros. Le montant moyen pour un crédit à la construction fluctue quant à lui aux alentours de 138.000 euros.

Tout comme BNP Paribas Fortis et Fintro, Belfius lance son emprunt populaire qui "permettra aux épargnants d'investir leur épargne en toute sécurité dans des projets à vocation socio-économique ou sociales", a indiqué la banque dans un communiqué.

Le Belge se tourne de plus en plus souvent vers le prêt à tempérament pour, par exemple, s'offrir une nouvelle voiture ou rénover sa maison mais aussi pour partir en voyage, acheter des livres scolaires ou financer une chirurgie esthétique, rapporte ce mercredi Het Laatste Nieuws.

Selon une enquête réalisée par le cabinet-conseil Roland Berger auprès de neuf banques belges, emprunter de l'argent se complique et coûte plus cher. Entretien avec John Romain, le directeur d'Immotheker, un bureau d'avis spécialisé en crédits logement : "Les banquiers s'occupent trop de règles générales, au lieu de rédiger un plan financier personnalisé pour leurs clients".

Le taux belge à long terme a de nouveau atteint mercredi des niveaux très bas. Peu après 12h00, le taux des obligations à échéance à 10 ans était de 2,139%. Il s'agit du taux le plus bas depuis 1993, rapporte l'agence de presse économique Bloomberg.

Pour l'Etat, courtiser l'épargnant belge pourrait revenir à la mode. En réaction à la fièvre des marchés financiers qui pourrait perturber le financement de la dette publique, l'Agence de la Dette va tenter d'intéresser davantage les particuliers en émettant un bon d'Etat à 4 % sur cinq ans.