Tout sur Electrawinds

La société d'énergie verte ostendaise Electrawinds a enfin pu clôturer ses comptes annuels 2013. Le holding luxembourgeois Electrawinds SE affiche ainsi une perte de 153 millions d'euros, là où le chiffre d'affaires ressort à peine à 133 millions d'euros, rapportent jeudi L'Echo et De Tijd.

Le tribunal de commerce d'Ostende a donné son feu vert, mardi en fin de matinée, au plan de réorganisation de Tecteo, déjà approuvé à une large majorité par les créanciers.

L'entreprise énergétique en difficulté Electrawinds cherche deux millions d'euros afin d'obtenir une éventuelle prolongation de la procédure de réorganisation judiciaire. Elle s'est donc tournée vers l'intercommunale wallonne Tecteo. Sur cette base, le tribunal de commerce d'Ostende a décidé jeudi matin de se prononcer sur la prolongation de la procédure la semaine prochaine.

Le producteur belge d'énergie renouvelable fonde une coentreprise avec la Caisse des dépôts et consignations. Etonnant, car le bras armé financier de l'Etat français est un actionnaire traditionnel de GDF Suez, maison mère d'Electrabel chez nous.

Suite à une plaine déposée par Electrawinds et Eneco, la Commission européenne a ouvert une enquête devant déterminer si Electrabel a, à la faveur de l'accord signé par l'Etat belge et GDF Suez, encore renforcé sa position dominante chez nous.

Selon le protocole d'accord signé par l'Etat et GDF Suez, Electrabel doit investir une part des plus-values générées par le nucléaire dans des énergies renouvelables... et obtiendrait du même coup un monopole sur l'énergie verte, dénoncent Electrawinds et Eneco, qui ont introduit une plainte auprès de la Commission européenne

Selon des statistiques publiées par Dow Jones VentureSource, les investissements des fonds à risques dans les entreprises belges ont plus que doublé en 2009, à 181 millions d'euros contre 78,6 millions en 2008.