Tout sur electrabel

Le groupe Engie (ex-GDF Suez) pourrait procéder à une scission de ses activités belges et néerlandaises, signant le retour d'Electrabel en Bourse, indique jeudi le journal L'Echo. Le projet, qui porte le nom de code Bianca, est sur la table, même s'il est encore à un stade très préliminaire.

L'énergéticien français Engie (l'ancien GDF Suez) travaille actuellement sur un plan qui aboutirait à la filialisation de ses actifs néerlandais et belges - dont les sept centrales du groupe en Belgique - et à leur entrée en Bourse, annonce la newsletter française La Lettre de l'Expansion, sans citer de sources.

Electrabel songe à agrandir les installations de la centrale de Coo afin de booster ses capacités de stockage d'électricité. Les plans ont été dessinés et montrent la construction d'un bassin de 5 millions de m3 sur les hauteurs de Coo. Le coût de ce projet: 600 millions d'euros, selon les premières estimations, lit-on mardi dans L'Echo.

L'énergéticien GDF Suez, maison-mère d'Electrabel, va changer de nom pour s'appeler Engie, a annoncé vendredi Gérard Mestrallet, le PDG du groupe.

Quelque 144.000 euros. Voilà, selon l'évaluation du quotidien De Morgen, le montant de la facture que le gouvernement fédéral doit à Electrabel et à EDF depuis le Nouvel An. C'est la conséquence d'un accord conclu entre le gouvernement Di Rupo et les deux entreprises en octobre 2013 afin de prolonger l'activité de la centrale nucléaire Tihange 1 de dix ans.

Malgré ses récentes défaites devant la justice belge concernant la taxe nucléaire, Electrabel a introduit une plainte devant la DG Concurrence de la Commission européenne à ce propos, révèle mardi L'Echo. Selon l'entreprise, cette taxe, qui ne vise que les réacteurs nucléaires, constitue une aide d'Etat aux autres moyens de production d'électricité.

Les réparations des turbines du réacteur Doel 4, qui a vraisemblablement été l'objet d'un sabotage, coûteront 30 millions d'euros à Electrabel, a annoncé mercredi le CEO Philippe Van Troeye. Il évoque un "effort sans précédent" pour l'entreprise. Pour que l'unité puisse être relancée d'ici la fin de l'année, 600 travailleurs issus de 15 sociétés ont été mobilisés, pour un total de 150.000 heures de travail.

Le collège de la concurrence de l'Autorité belge de la Concurrence a annoncé lundi avoir infligé à la société Electrabel une amende de deux millions d'euros pour abus de position dominante dans les années 2007 à 2009 et dans le premier trimestre de 2010.

C'était l'effervescence, ce matin, dans les deux tours GDF Suez du Boulevard Simon Bolivar à Bruxelles. Et pour cause : Gérard Mestrallet himself venait officiellement inaugurer les lieux, cinq ans après l'annonce du déménagement d'Electrabel de la Toison d'Or vers le quartier Nord.