Tout sur Economic Risk Management Group

Le week-end dernier, l'Economic Risk Management Group a, via les fédérations, envoyé le guide des bonnes pratiques en vue de la réouverture. Il n'est pas piqué des hannetons.

Dans sa septième étude hebdomadaire, l'Economic Risk Management Group (ERMG) pointe une absence de redémarrage du chiffre d'affaires et s'attend à de nombreuses faillites.

Tax shelter, réserves immunisées et versements d'impôts anticipés sont les trois pistes fiscales étudiées par le ministre des Finances, Alexander De Croo (Open Vld), pour lancer un deuxième paquet de mesures de soutien aux entreprises, après son plan "bazooka" de 50 milliards d'euros, rapporte l'Echo.

Alors que le Conseil national de Sécurité (CNS) se penche sur les premiers pas du déconfinement, sept entreprises sur dix se disent "dans les starting-blocks" pour reprendre leur activité à plus de 50% du niveau d'avant crise. Un tiers disent même pouvoir reprendre leur activité quasiment au même niveau que précédemment.

Les entreprises belges estiment que la perte de chiffre d'affaires due à la crise du coronavirus reste pratiquement constante à 37%, indique vendredi l'Economic Risk Management Group (ERMG) à la suite d'une enquête menée auprès de 6.906 d'entreprises et d'indépendants.

"La crise du coronavirus sera lourde mais elle est temporaire par nature", a estimé jeudi Pierre Wunsch, le gouverneur de la Banque nationale de Belgique, en prélude au coup d'envoi de l'Economic Risk Management Group (ERMG). Ce groupe de travail fédéral a pour mission de cartographier l'ampleur des conséquences de la crise du coronavirus pour l'économie et pour le secteur financier, de détecter les risques en temps et en heure et de formuler des recommandations de mesures de soutien. La Première ministre, les vice-premiers ministres et ministres compétents ainsi que les représentants du Groupe des Dix étaient présents pour l'occasion.