Tout sur duferco

Une piste suivie par les enquêteurs dans le dossier de corruption où ont été inculpés Serge Kubla et deux dirigeants du groupe sidérurgique Duferco mène vers des sociétés offshore établies dans de discrets paradis fiscaux tels que Gibraltar, Liechtenstein ou encore les Îles Vierges, révèlent vendredi La Libre Belgique et La Dernière Heure.

L'annonce, mercredi, de la fermeture de l'entreprise sidérurgique Duferco à La Louvière met un terme à un scénario inévitable, selon les syndicats qui estiment que les travailleurs ont voté pour la moins mauvaise des solutions.

La délégation syndicale FGTB a demandé la tenue de conseils d'entreprise extraordinaires au sein des sociétés Duferco La Louvière et NLMK La Louvière en raison d'"inquiétudes grandissantes" par rapport à la situation financière des deux entreprises sidérurgiques et à de possibles suppressions d'emploi, a-t-on appris vendredi auprès du syndicat socialiste.

Fondée dans la seconde partie du 19e siècle, l'usine Carsid, anciennement Fabrique de fer de Charleroi (FAFER), à l'arrêt depuis novembre 2008, ne sera finalement pas relancée.

Le site de Carsid à Marcinelle est fermé par Duferco, faute de repreneurs. Les salariés étaient en chômage économique depuis 40 mois. Ont-ils attendu en vain ? Chronologie en huit étapes-clés.

Le site Carsid de Marcinelle définitivement fermé, et c'est à un véritable front politique fédéral/régional qu'en appelle le MR. Le ministre du Budget vise notamment les 200 millions d'euros prévus initialement pour le développement de l'usine.

Le haut-fourneau de Carsid ne redémarrera pas : ainsi en a décidé le groupe italo-suisse Duferco devant l'absence de repreneur et dans un contexte de crise économique. Les syndicats veulent négocier un plan social favorable aux travailleurs.

La Région wallonne aurait omis à deux reprises de signaler à la Commission européenne des aides financières octroyées à des entités du groupe sidérurgique Duferco situées hors de l'Union européenne

L'acier wallon ne se résume pas à ArcelorMittal et à la phase à chaud liégeoise. Le pavillon russe flotte depuis peu sur les laminoirs de La Louvière et Clabecq. Mais la direction de Novolipetsk Steel y fait profil bas. Objectif : atténuer le choc des cultures.

A la sortie de l'assemblée générale du personnel, jeudi matin à Marcinelle, les ouvriers de Carsid ont tenu pour la majorité des propos très pessimistes. Beaucoup ont affirmé ne plus croire à un redémarrage de la phase à chaud.