Tout sur Dominic Raab

L'accord sur le Brexit, conclu avec l'Europe et avalisé dans la douleur par le gouvernement de Theresa May, réduit tellement le rôle de la nation britannique qu'il a provoqué un vaste chaos politique. Et les incertitudes sont plus grandes que jamais.

Le ministre britannique chargé du Brexit, Dominic Raab, a annoncé jeudi avoir démissionné en raison de son opposition au projet d'accord sur le Brexit conclu sous l'égide de la Première ministre Theresa May avec l'Union européenne.

Le ministre britannique du Brexit et le ministre irlandais des Affaires étrangères ont minimisé mardi la possibilité qu'un accord soit conclu entre Londres et Bruxelles lors du sommet européen du 18 octobre, suggérant que les discussions se prolongeront jusqu'en novembre.

Permis de conduire non valables, frais d'itinérance mobile, problèmes juridiques: le gouvernement britannique a publié jeudi une deuxième série de notes techniques analysant les risques entourant l'éventualité d'une absence d'accord avec l'Union européenne pour l'après-Brexit et les remèdes qu'il préconise.

Alors que les négociations s'intensifient, le gouvernement britannique vient de sortir les 25 premières fiches techniques qui doivent préparer une sortie sans accord.

Hausse des frais bancaires, perturbations douanières, paperasse: le gouvernement britannique a publié jeudi une série de notes techniques analysant les risques entourant l'éventualité d'une absence d'accord avec l'Union européenne pour l'après-Brexit et les remèdes qu'il préconise.

Londres est disposé à s'aligner temporairement sur certaines règles de l'UE, notamment dans le domaine des médicaments, pour assurer la fluidité des échanges dans le cas "improbable" d'une absence d'accord sur le Brexit, a affirmé indiqué jeudi le ministre britannique du Brexit, Dominic Raab.

La Première ministre britannique Theresa May est renvoyée dans ses buts par le refus de l'UE de dispositions clef de son plan de sortie de l'UE, attisant les scénarios catastrophes d'une sortie brutale comme les appels à un second référendum.

Des outils seront mis en septembre à disposition des entreprises belges afin qu'elles se préparent à la possibilité d'un échec des négociations sur la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, a annoncé mercredi le ministre fédéral de l'Emploi Kris Peeters, à l'issue d'une rencontre à Bruxelles avec Michel Barnier, le négociateur en chef de la Commission européenne pour le Brexit.