Tout sur Doel 4

Le premier énergéticien du pays chiffre à 2,9 milliards d'euros la dépréciation de ses actifs nucléaires belges, et se place ainsi en position de force en cas de prolongation.

Le groupe énergétique français Engie annoncera vendredi, lors de la publication de ses résultats annuels, un amortissement de 1,9 milliard d'euros sur son parc nucléaire belge, estimant que les centrales du Plat pays ne lui rapporteront plus rien après 2025, selon une information de la chaîne BFM Business confirmée au quotidien Le Soir.

Engie Electrabel a confirmé mercredi préparer la mise à l'arrêt et le démantèlement des unités nucléaires de Doel 3 et Tihange 2. En ce qui concerne Tihange 3 et Doel 4, une décision de principe quant à une éventuelle prolongation doit intervenir au plus tard fin 2020, et non en 2021, martèle l'entreprise, en réaction à des articles de presse annonçant qu'elle a décidé d'arrêter ses investissements liés à la prolongation du nucléaire.

La centrale de Tihange 1 sera redémarrée lundi, a annoncé vendredi son exploitant Engie Electrabel. Le réacteur nucléaire était à l'arrêt depuis le 13 octobre pour maintenance. L'Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN) avait donné son feu vert pour ce redémarrage au début du mois.

Entre le béton qui s'effrite, les fuites et les révisions obligatoires, un seul réacteur nucléaire fonctionnera en novembre. Le spectre du délestage fait son grand retour...

Le réacteur nucléaire de Doel 4, à l'arrêt depuis samedi soir, a redémarré lundi vers 09h30, plus tôt que prévu, a indiqué Nele Scheerlinck, manager de la communication à la centrale de Doel. Le redémarrage était initialement prévu lundi vers 23h00. La cause de l'arrêt de Doel 4 réside dans un défaut de contrôle de la puissance de la turbine à vapeur dans la partie non-nucléaire de la centrale.

Les réparations des turbines du réacteur Doel 4, qui a vraisemblablement été l'objet d'un sabotage, coûteront 30 millions d'euros à Electrabel, a annoncé mercredi le CEO Philippe Van Troeye. Il évoque un "effort sans précédent" pour l'entreprise. Pour que l'unité puisse être relancée d'ici la fin de l'année, 600 travailleurs issus de 15 sociétés ont été mobilisés, pour un total de 150.000 heures de travail.

GDF Suez a tenu à nuancer ses propos quant au redémarrage des réacteurs Doel 3 et Tihange 2 à la fin de l'hiver et indique "espérer" pouvoir relancer les deux unités à ce moment-là, a précisé le porte-parole du groupe énergétique français.