Tout sur dénonciation

Il n'y a jamais eu autant de dénonciations au fisc dans notre pays, affirme la chaîne flamande VTM vendredi soir. Dans la première moitié de l'année, quelque 1.600 notifications ont été enregistrées, soit cinq fois plus que l'année dernière à la même période.

Organiser des procédures internes de dénonciation de pratiques contraires à la loi ou aux règlements : c'est ce que font de plus en plus de sociétés, en mettant en place des mécanismes de "whistleblowing". Une pratique qui pose un certain nombre de questions tant juridiques qu'éthiques.

Les jaloux et les envieux se frottent les mains. La Belgique a connu un record de dénonciations au fisc en 2014. L'année dernière, le fisc a enregistré 2.625 dénonciations. C'est encore plus qu'en 2013, qui était déjà une année record avec un hausse des dénonciations de + 110 % !

Le nombre de dénonciations spontanées auprès des autorités fiscales a presque sextuplé ces cinq dernières années, passant de 460 en 2008 à plus de 2.600 l'année dernière, rapporte lundi le journal De Standaard.

L'administration fiscale reçoit de plus en plus de lettres anonymes dénonçant un voisin, un parent, un ex-conjoint, un concurrent ou un patron. Qui sont ces corbeaux ? Pourquoi sont-ils de plus en plus nombreux ? Comment le fisc traite-t-il ces dénonciations ? Gros plan sur un phénomène révélateur d'un climat de tension fiscale.

Signe des temps : les contrôleurs du fisc n'hésitent plus à utiliser les réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter pour y trouver des éléments qui tendent à prouver l'existence d'un train de vie disproportionné par rapport aux revenus officiellement déclarés.