Tout sur Dennis Muilenburg

David Calhoun, le directeur général de Boeing, a écarté mercredi un possible abandon du 737 MAX et indiqué que la production de cet avion, cloué au sol à travers le monde depuis mi-mars après deux accidents ayant fait 346 morts, allait reprendre "quelques mois" avant mi-2020.

De nouvelles révélations font état d'une culture d'entreprise à la dérive chez l'avionneur américain. Avec peu de respect pour le client, le régulateur et les collègues.

Dennis Muilenburg n'a pas survécu à la crise du 737 MAX. Il a été poussé vers la sortie à la veille de Noël. Il est remplacé par David Calhoun qui n'est pas issu du sérail aéronautique.

Dennis Muilenburg, le patron démissionnaire de Boeing, va bénéficier d'un parachute doré de plusieurs millions de dollars, rapportent les médias américains sur la base de documents transmis ces dernières années par le constructeur aux autorités de surveillance.

Le patron exécutif de Boeing Dennis Muilenburg, en difficulté depuis des mois en raison de la crise du 737 MAX, a démissionné, a annoncé lundi l'avionneur américain, estimant qu'un changement à la direction est indispensable pour restaurer la confiance dans le groupe.

Boeing a commencé à diffuser le 12 septembre des vidéos de 30 secondes chacune dans lesquelles des salariés vantent la sécurité de ses avions, dans l'espoir de rassurer sur le 737 MAX, cloué au sol depuis deux accidents ayant causé la mort de 346 personnes.

L'immobilisation au sol, depuis plus de quatre mois, du 737 MAX après deux accidents ayant fait 346 morts a terni la réputation de Boeing, mais les politiques américains lui ont maintenu leur confiance, pour le moment.Ce soutien est-il le signe que les Etats-Unis ne peuvent pas laisser tomber le fleuron de leur industrie aéronautique ?

Boeing veut profiter du rendez-vous du Bourget pour tenter de se réhabiliter avec un message de contrition et un engagement sur la sécurité après les deux crashes aériens de son 737 MAX, aidé aussi par une commande géante qui remet l'appareil dans la course.

Plongé dans une crise sans précédent qui affecte son avion vedette, le 737 MAX, mais qui touche aussi le 787 Dreamliner et un avion ravitailleur, Boeing a l'opportunité cette semaine de rassurer sur la qualité et la fiabilité de ses avions.