Tout sur Deloitte

Si la crise sanitaire a de nouveau démontré les vertus du cloud, notamment la flexibilité des ressources et l'élasticité de leur mise à l'échelle, les entreprises doivent désormais exploiter le plein potentiel de ces services informatiques sur internet: l'innovation.

Comme beaucoup d'autres, les start-ups et scale-ups belges n'ont pas échappé aux effets de la pandémie de coronavirus. Quelle que soit leur taille, la croissance du chiffre d'affaires de toutes ces structures a été touchée, les plus concernées étant les petites entreprises. Plus de trois sur quatre pensent pourtant enregistrer la croissance attendue en 2021, selon la dernière enquête du bureau de consultance Deloitte publiée vendredi. Ces start-up et scale-up créent en outre plus d'emplois que la moyenne en Belgique.

Les entreprises industrielles belges paient entre 7 et 27% plus cher leur électricité par rapport à la moyenne constatée dans les pays voisins, selon une étude de Deloitte menée à la demande de Febeliec, la fédération des consommateurs d'énergie industriels. Cette dernière appelle les gouvernements et régulateurs, fédéral et régionaux, à mettre en oeuvre une norme énergétique, en introduisant des mesures correctives lorsque les prix belges ne sont pas compétitifs comparés à ceux des pays voisins.

Pour la neuvième année d'affilée, Deloitte a interrogé les milléniaux du monde entier. En Belgique, le consultant y a rajouté une enquête sur leur réaction, ainsi que sur celle de la génération Z, suite à la pandémie. Les thèmes comme l'environnement et le bien-être mental au travail demeurent prégnants. Mais il y a une nette différence d'avis sur le télétravail et autres aménagements RH.

A l'occasion de la septième remise de ce prix qui récompense la tech belge à la plus forte croissance, Deloitte a dévoilé les résultats intéressants d'une enquête sur le financement des start-up.

Grâce au tax-shift, les plus bas salaires ont enregistré une hausse de 20% en net, selon la 9e enquête salariale européenne de Deloitte, publiée samedi. Le tax-shift a permis à la Belgique de ne plus figurer dans le top 5 des pays les plus chers pour les employeurs en Europe. La Belgique passe ainsi de la 2e à la 6e place. Les cotisations patronales ont baissé cette année passant de 30,46 à 27,36% en moyenne.

Les ports d'Anvers et de Zeebrugge ont lancé une étude en vue d'une éventuelle collaboration. La société de consultance Deloitte et le bureau d'avocats Laga ont été chargés de mener des travaux pour analyser leur complémentarité. "Une collaboration n'est à l'ordre du jour que si les deux ports sont renforcés", expliquent les entreprises portuaires dans un communiqué.

" Une reconnaissance en tant que Best Managed Company (BMC) est le reflet non seulement de vos propres capacités et de vos points forts, mais aussi de vos faiblesses. De ce qu'il est possible d'améliorer. C'est un point positif dans la mesure où travailler sur ses points d'amélioration permet de placer la barre toujours plus haut ", estime Gert D'Handschotter, CEO van E.D.&A.

" Nous ne considérons pas les Best Managed Companies (BMC) comme un concours de beauté que l'on remporte une seule fois, mais comme la pierre de touche extérieure de notre politique ", estime Peter s'Jongers, CEO de Protime. " En tant qu'entreprise en pleine expansion, nous estimons qu'il est très important sur un plan stratégique d'être bien gérés et de continuer à l'être. Le fait de pouvoir nous faire encadrer par des professionnels externes constitue une plus-value importante. "

" Notre ambition est certainement de pouvoir porter le titre de Best Managed Company durant plus d'un an ", déclare Jean-Pierre Wuytack, CEO de Vandersanden Group. " Nous voulons servir d'exemple pour nos propres collaborateurs et pour le monde extérieur en termes de développement de marché et d'innovation. En fait, nous essayons d'être les meilleurs sur tous les fronts. Pour ce faire, il faut investir dans les personnes et les moyens plutôt que de regarder où il est possible de réaliser des économies ou des réductions de coûts. Nous sommes une entreprise rentable, mais faire des bénéfices n'est pas une fin en soi. "

" Nous sommes très heureux de pouvoir mettre en avant nos points forts avec ce titre de Best Managed Company, mais nous avons tout autant apprécié le benchmarking externe qui a précédé et qui a attiré notre attention sur quelques domaines où nous pouvons encore nous améliorer ", explique Pedro Matthynssens, CEO de Vanbreda Risk & Benefits. " Il ne s'agit pas d'un award ponctuel, mais d'un trajet business. Je m'attends d'ailleurs à voir dans les cinq prochaines années naître de nouvelles perspectives grâce au BMC. "