Tout sur De Tijd

Après que le gouvernement fédéral a mis en place une garantie d'État pour les nouveaux prêts bancaires dans le cadre de la crise du coronavirus, des discussions sont en cours avec la Banque nationale sur un système permettant de maintenir l'assurance-crédit, qui doivent protéger les entreprises contre les défauts de paiement. Il est question d'une garantie d'un milliard d'euros, écrivent vendredi De Tijd et L'Echo.

Un groupe de PDG d'entreprises aéronautiques ou dépendantes du secteur émettent un appel de détresse à destination du gouvernement pour que Brussels Airport soit sauvé en sa qualité de moteur économique. Dans une lettre ouverte publiée dans De Tijd jeudi, les signataires y qualifient la crise du coronavirus "d'attaque contre l'aéroport national qui frappe l'économie en plein coeur". La communauté aéroportuaire demande que ce secteur stratégique, et ses 24.000 emplois directs et 40.000 indirects, soient protégés.

Le secteur des pommes de terre belge souffre aussi de la crise du coronavirus, alors que la Belgique s'illustre dans l'exportation de produits surgelés à base de pommes de terre. La production et les ventes dans les supermarchés s'effondrent.

Deux semaines après l'accord de principe passé entre le gouvernement fédéral et les banques sur des mesures de soutien à ceux frappés par la crise du coronavirus, nombreuses sont les entreprises qui ne savent toujours pas si elles peuvent bénéficier d'un crédit-pont avec garantie d'Etat, rapporte De Tijd mardi.

Au cours des dernières semaines, 650 signalements de flux d'argent suspects ont été soumis à la cellule anti-blanchiment, soit un nombre au dessus de la moyenne, rapporte mercredi De Tijd, qui pointe entre autres des cas d'escroqueries liées à des masques ou gels hydroalcooliques.

Après le ministère public fédéral, l'Inspection spéciale des impôts (ISI) a également ouvert une enquête sur la haute noblesse, les chefs d'entreprise et autres Belges fortunés qui ont gravité dans un circuit d'argent autour du prince belge Henri de Croÿ. C'est ce qu'écrit De Tijd, vendredi.

Sans les immatriculations supprimées dans les 30 jours, le marché automobile belge n'aurait pas été stable mais bien en baisse de 2,45% en 2019, indiquent jeudi L'Echo et De Tijd. Ce dernier précise que le marché automobile a connu la deuxième meilleure année en termes de vente, avec 550.003 nouvelles immatriculations. Mais que 6% de celles-ci sont en réalité de "fausses immatriculations", puisque 35.000 voitures ont été supprimées dans le mois qui a suivi.

De nombreux salariés de Proximus sont prêts à quitter volontairement l'entreprise telecom, notamment au sein des centres d'appels et des services à la clientèle, à la suite du plan de transformation annoncé par Proximus, indique De Tijd samedi.