Tout sur CSC Transcom

La CGSP et la CSC Transcom mènent des actions mardi devant plusieurs bâtiments de Proximus à travers le pays, à la veille de la réunion de la commission paritaire. Les deux syndicats ont rejeté les propositions de la direction dans le cadre du plan de restructuration annoncé en début d'année, tandis que le SLFP a voté en faveur du texte.

Quelques jours après la CGSP, la CSC Transcom a, à son tour, rejeté les propositions de la direction de Proximus dans le cadre du plan de restructuration annoncé en début d'année. Le syndicat chrétien appelle à manifester devant le siège principal de l'entreprise à Bruxelles mercredi, jour où doit se réunir la commission paritaire au sein de l'opérateur télécom.

Les syndicats de Proximus n'ont pas accueilli positivement l'annonce de la création d'une co-entreprise entre l'opérateur semi-public et son rival Orange pour le partage de leur réseau d'accès mobile. Ils évoquent un "démantèlement" de l'entreprise. La manière de procéder, sans que les représentants des travailleurs n'aient été avertis au préalable, est "une mise à mal du dialogue social" au sein de Proximus, a dénoncé Laurent Malengreau, de la CGSP.

Les principaux piliers de l'accord conclu entre les syndicats et la direction d'Aviapartner mercredi matin sont l'allègement de la charge de travail, des investissements dans le matériel, des primes pour le personnel et un suivi étroit de ces mesures, indique la CSC Transcom dans un communiqué de presse reprenant la trentaine de points du compromis.

Alors que la CSC/ACV a claqué la porte de la commission paritaire consacrée notamment aux normes de travail imposées aux travailleurs de bpost, la direction, elle, fait valoir "des avancées importantes pour le bien-être du personnel de bpost grâce au dialogue social".

"Les mesures d'économies visent toujours le personnel", regrette Marianne Lerouge, responsable du secteur rail à la CSC Transcom, après l'annonce dans la presse d'une perte de 4.000 emplois chez Infrabel d'ici 2020. "La situation va devenir intenable, cela va être difficile pour Infrabel d'assurer ses missions essentielles."