Tout sur crise financière

Récemment, le CEO de JP Morgan, Jamie Dimon, a prédit qu'une terrible crise financière se préparait. Ce serait alors, après le choc des subprimes de 2008 et la crise souveraine européenne de 2011, l'aboutissement final d'un dérèglement généralisé du système, conduisant à pulvériser le dernier élément de la mécanique financière, à savoir la monnaie elle-même. Quelle est la logique du propos de Jamie Dimon ?

Les autorités américaines s'apprêtent à lancer une procédure civile contre l'agence de notation Standard and Poor's pour sa mauvaise évaluation des emprunts hypothécaires avant l'éclatement de la crise financière de 2008, affirme lundi le Wall Street Journal.

D'anciens salariés de la banque l'accusent d'avoir dissimulé 12 milliards de dollars de pertes pendant la crise financière, selon le Financial Times. Le géant bancaire allemand dément.

La corruption continue de faire des ravages dans le monde et touche en zone euro les pays les plus affectés par la crise, Grèce et Italie notamment, dont le classement se détériore, indique Transparency International dans son rapport annuel publié ce mercredi. La Belgique, de son côté, obtient un score assez moyen.

Au regard des séances record enregistrées vendredi en bourse, le sommet européen des 28 et 29 juin apparait comme un succès. Sera-t-il durable ? Voici cinq questions auxquelles il répond d'ores et déjà.

L'Europe doit utiliser pleinement tous ses instruments pour stopper la crise de la dette, à commencer par la Banque centrale européenne (BCE), a déclaré lundi le secrétaire général de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Lors du sommet franco-allemand de Strasbourg, Angela Merkel a obtenu que la BCE ne s'engage pas plus pour calmer la flambée des taux d'intérêt, préférant une discipline budgétaire plus forte aux Etats. Mais ce n'est pas sans risque pour l'économie allemande...

Les soucis de l'Etat belge vont-ils faire les affaires des épargnants ? Ces derniers souffrent des taux tirés vers le bas par la Banque Centrale européenne. Mais la fièvre des marchés obligataires pousse notre Agence de la Dette à se montrer plus généreuse en émettant des bons d'états de 5 ans à 4%, au lieu de 3% en septembre dernier. Le titre va mener une rude concurrence aux comptes à termes et aux bons de caisse des banques, qui sont généralement plus bas. Pour le moment.

Pour l'Etat, courtiser l'épargnant belge pourrait revenir à la mode. En réaction à la fièvre des marchés financiers qui pourrait perturber le financement de la dette publique, l'Agence de la Dette va tenter d'intéresser davantage les particuliers en émettant un bon d'Etat à 4 % sur cinq ans.

Démocrates et républicains sont incapables de s'entendre sur un plan de réduction de la dette américaine qui vient d'atteindre 15.000 milliards de dollars. Les raisons et les conséquences de ce blocage.

Les turbulences sur les marchés internationaux ont commencé à affecter le secteur bancaire russe, victime d'un assèchement des liquidités, a averti lundi l'agence de notation financière Moody's, qui estime que ce phénomène va se poursuivre.