Tout sur covoiturage

La plateforme de covoiturage Blablacar a depuis ce mardi une plateforme et une application propres à la Belgique. Les usagers du pays pourront dès lors payer leurs trajets via Maestro, Bancontact et Mistercash, a-t-elle annoncé mardi à Bruxelles. Autre nouveauté annoncée par la start-up française: un partenariat avec l'assureur Axa offre désormais une couverture spécifique au covoiturage.

Le champion français du covoiturage Blablacar, également actif en Belgique, a annoncé jeudi avoir levé 200 millions de dollars (177 millions d'euros), un montant record qui la classe dans le club des "licornes", les start-up valorisées à plus d'un milliard de dollars (1,6 milliard de dollars, soit 1,4 milliard d'euros).

A Bruxelles, les systèmes de carsharing comme Cambio ou Zen Car sont dits fermés. Chaque voiture possède son emplacement où l'usager doit venir prendre le véhicule et l'y remettre en fin de course. Or, pour la fédération patronale Beci, "un service de carsharing urbain n'a de raison d'être que s'il est ouvert".

Leader du covoiturage chez nos voisins français, mais aussi très usité par les jeunes Belges, le site covoiturage.fr est très récemment devenu payant : trajets payés à l'avance, pourcentage versé au site lui-même, ce nouveau modèle économique est peu apprécié par certains utilisateurs. Enfin des clients. Mais il possède un avantage : celui de fiabiliser le service rendu. Décryptage.

L'organisation d'un concert n'est pas sans conséquence sur l'environnement. Outre les aspects liés à la gestion des déchets, des eaux usées et du bruit, un autre élément doit être pris en compte : celui du déplacement des nombreux festivaliers.