Tout sur Conseil supérieur des finances

Les gouvernements volent au secours des économies. Ils injectent des centaines de milliards d'euros pour essayer d'éponger les pertes liées au gel de l'activité. Et bien évidemment, beaucoup se demandent : qui va payer la facture, et comment ?

Le Conseil supérieur des finances (CSF) a rappelé que la situation sanitaire et économique actuelle, pour préoccupante qu'elle soit à cause de la crise du coronavirus, n'autorise pas la Belgique à se soustraire à ses obligations à l'égard de la Commission européenne, signale La Libre Belgique.

Les diverses projections font de la Fédération Wallonie-Bruxelles l'entité fédérée la plus déficitaire à l'horizon 2024. Dans ce contexte, le gouvernement de Pierre-Yves Jeholet (MR) a été installé ce mardi sur base d'un accord de coalition qui ne reprend... aucun objectif budgétaire !

Le président du Conseil supérieur des Finances Herwig Joosten vient de donner sa démission. Il avait pour tâche de préparer un rapport d'ici la fin de l'année en vue d'une grande réforme fiscale, or cette date butoir n'est plus réaliste, rapportent De Tijd et L'Echo. Sa démission était annoncée dans La Libre fin septembre.

Il s'en est fallu de peu pour que la confusion de la fiscalité belge empire encore. L'idée du CD&V d'un impôt sur la plus-value aurait rendu les choses encore plus complexes, alors qu'un système simple et transparent serait bien plus efficace. Trends esquisse la fiscalité idéale sur le patrimoine.

Le gouvernement devrait décider cet automne de ramener progressivement le taux de l'impôt des sociétés de 34 à 25 voire 20 %. Le principe est très largement partagé. En revanche, on s'étripe sur la neutralité budgétaire de la réforme, qui pourrait être compensée par une nouvelle hausse du précompte mobilier ou la fin des intérêts notionnels.

Un impôt sur les sociétés (isoc) plus faible, à hauteur de 25 ou 20%, sur lequel travaille le ministre des Finances Johan Van Overtveldt (N-VA), est faisable si les intérêts notionnels sont supprimés et le précompte mobilier est augmenté, ressort-il d'un nouvel avis du Conseil supérieur des Finances auquel De Tijd fait écho mercredi.

La proposition formulée par le CD&V de relever la quotité de revenu exemptée d'impôt au niveau du revenu d'intégration des personnes isolées afin de permettre à chacun de gagner un salaire annuel net augmenté de 700 euros, est coûteuse et favorise principalement les hauts revenus, indique ce lundi un avis récent du Conseil supérieur des Finances (CSF).

Selon un rapport que le Conseil supérieur des Finances doit remettre ce mardi au gouvernement, la Belgique devra trouver 24 milliards d'euros d'ici 2015 pour atteindre l'équilibre, rapporte mardi Le Soir.

Dans son rapport, le Conseil supérieur des finances (CSF) estime à 9,6 milliards l'effort que devront fournir les administrations publiques pour présenter un budget 2012 avec 2,8% de déficit : 7,9 milliards pour le fédéral et la sécurité sociale et 1,7 milliards pour les Régions, Communautés et Pouvoirs locaux.