Tout sur congo

Les mésaventures en République démocratique du Congo (RDC) d'une société minière canadienne mettent en émoi la City de Londres, où un grand patron jusque-là respecté est accusé d'avoir franchi la ligne rouge en rachetant à vil prix une mine de cuivre prise à son concurrent.

Une mesure, insérée dans le projet de réforme financière adopté jeudi au Congrès américain, prévoit de tenter d'enrayer, en RDC, le commerce de quatre minerais utilisés notamment pour la fabrication de GSM. Commerce grâce auquel les groupes armés "financent leurs violentes campagnes de terreur".

Touchée de plein fouet par la crise financière mondiale, la riche province minière du Katanga, dans le sud-est de la République démocratique du Congo, peut rêver d'une relance de son économie grâce à l'embellie des cours du cuivre, son principal minerai.

Ces derniers mois, "des contrats flous ont été signés dans les secteurs minier et pétrolier lucratifs du Congo, sans être soumis à aucun examen public approfondi", s'inquiète l'ONG Global Witness. A ses yeux, l'allègement de la dette "constitue une occasion unique de rompre avec les comportements destructeurs et corrompus du passé".

Tout y est à (re)faire, mais presque rien n'y fonctionne. Dans ce pays aussi prometteur que bloqué, plusieurs entreprises belges tirent plus qu'honorablement leur épingle du jeu. Et pas seulement les irréductibles Forrest, Lippens et autres Damseaux.

Le Fonds monétaire international et la Banque mondiale ont annoncé jeudi avoir entériné un accord pour réduire la dette de la République démocratique du Congo de 12,3 milliards de dollars. Le pays, qui célébrait mercredi ses 50 ans d'indépendance mercredi, est parvenu au point d'achèvement de l'Initiative des pays pauvres très endettés (PPTE).

Il faudra encore du temps et beaucoup d'énergie pour que l'économie du Congo soit à la hauteur des ressources de ce pays. Mais pour les entrepreneurs qui s'y investissent - et surtout s'y accrochent - c'est une terre de promesses et de réussite. A la tête de Chanic, Vincent Bribosia le démontre.