Tout sur Comité de concertation

Le secteur horeca poussait un véritable "ouf" de soulagement vendredi à l'issue du Comité de concertation et de la décision de basculer au code orange du baromètre corona à partir du vendredi 18 février. Cela signifie la réouverture du secteur sans limite horaire et la fin de la limitation du nombre de personnes par table (actuellement 6), et du port du masque obligatoire pour la clientèle. Seul le personnel a encore l'obligation de porter un masque. Le Covid Safe Ticket sera, en revanche, lui toujours nécessaire pour pouvoir accéder aux restaurants et bars.

Le secteur de la mode est déçu que le port du masque soit encore imposé dans ses magasins. Mode Unie estime que les enseignes de vêtements ne constituent pas des lieux de contagion plus importants que les cafés et restaurants. Les clients de l'horeca ne seront pourtant plus tenus de porter un masque dans une semaine, à l'occasion du passage au code orange du baromètre corona, annoncé vendredi par le Comité de concertation.

Représentants du gouvernement fédéral et des entités fédérées discuteront ce matin sous forme hybride (partiellement en virtuel), principalement pour faire un état des lieux. On n'attend aucune décision déterminante de la réunion.

Entre restrictions liées à la crise sanitaire et succès croissant de la vente en ligne, les commerçants se montraient plutôt pessimistes dimanche, à la veille des soldes d'hiver, selon le Syndicat neutre pour indépendants (SNI), qui appelle d'ores et déjà à envisager une prolongation des soldes.

Après une fermeture de cinq mois pour réparer les importants dégâts causés par les inondations de juillet dernier, Aqualibi, qui avait rouvert son bassin tropical lundi, devra fermer à nouveau pour respecter les décisions du Comité de concertation (Codeco) de ce jeudi. Du côté du groupe Plopsa, la fermeture des zones couvertes pour les parcs d'attractions et les piscines tropicales "est un coup dur. Une perte énorme" confie le CEO.

C'est avec un sentiment d'"incompréhension" générale teintée de "colère" que le secteur de la culture accueille l'interdiction de tous les événements de masse à l'intérieur, annoncée mercredi soir par le Comité de concertation (Codeco), et impliquant de facto la fermeture des salles de concerts, des théâtres et des cinémas dès dimanche. Le foot belge et le commerce manifeste également leur incompréhension quant à ces annonces.

La Fédération des entreprises de Belgique (FEB) se montre compréhensive vis-à-vis des nouvelles mesures annoncées mercredi soir à l'issue d'un nouveau Comité de concertation consacré à la pandémie. Il faut appliquer "le principe de précaution pour éviter pire à l'avenir", estime l'organisation patronale qui encourage la population à recevoir la 3e dose "booster".

Un nouveau Codeco est en cours afin de décider de nouvelles mesures pour endiguer l'épidémie. Si la fermeture des salles de cinéma, de concerts et des théâtres a déjà fuité, tout comme les restrictions pour le shopping à deux personnes maximum, plusieurs interrogations subsistent encore. La conférence de presse a lieu à 18h15.

La fédération des prestataires de mariage est extrêmement satisfaite après le Comité de concertation de vendredi, réagit sa représentante Isabelle Ghosez. Les autorités ont décidé de ne pas imposer de mesures supplémentaires pour l'organisation de mariages. Les mesures actuelles, telles que la présentation du CST (Covid Safe Ticket) et le port du masque buccal, restent en vigueur.

L'Open Vld est en faveur d'un retour temporaire à la TVA à 6% dans l'horeca à la suite des dernières mesures décidées en Comité de concertation, a indiqué le vice-Premier libéral Vincent Van Quickenborne (Open Vld) auprès de VTM. Du côté francophone, le parti libéral (MR) est sur la même longueur d'ondes.

Le Comité de concertation, où les différents niveaux politiques de notre pays prennent des décisions communes, a donné hier son feu vert pour la mise aux enchères du spectre 5G, ouvrant ainsi également la porte à un quatrième opérateur sur le marché belge des télécommunications. La vente aux enchères de la 5G aura probablement lieu à la fin de 2022. Seule une partie limitée du spectre 5G sera réservée à un quatrième opérateur télécom, selon une décision prise par le Conseil des ministres fédéral il y a quelque temps. La vitesse reste le défi.