Tout sur Comeos

La fédération du commerce et des services Comeos demande au gouvernement d'agir "résolument" contre les blocages de commerces et de centres de distribution de supermarchés par le mouvement des gilets jaunes, indique-t-elle lundi dans un communiqué. Des tonnes de denrées alimentaires risquent de finir à la poubelle, déplore-t-elle.

Six commerçants sur dix ne participeront pas au "Black Friday" cette année, selon les chiffres du syndicat neutre pour indépendants (SNI). Un Belge sur deux a par ailleurs déclaré à la fédération du commerce et des services (Comeos) vouloir faire du shopping vendredi, à l'occasion de cette journée d'actions commerciales dont la tradition trouve ses racines dans les années '60 outre-Atlantique.

Le Week-end du client, initiative conjointe de Comeos et de l'Union des classes moyennes (UCM), a généré un demi-million de transactions en plus par rapport à l'édition précédente de 2017, a-t-on appris lundi auprès de la fédération sectorielle du commerce, qui se réjouit d'une très bonne édition de l'évènement.

Plus de 90% de la viande vendue dans les supermarchés en Belgique est fournie par des producteurs belges, révèle Comeos vendredi dans un communiqué. Pour les fruits et légumes, les supermarchés privilégient également toujours les circuits courts, précise la fédération du commerce à l'occasion de l'ouverture de la Foire de Libramont.

Le nombre de personnes qui ont acheté en ligne ces douze derniers mois via une tablette ou un smartphone a augmenté de 59%, indique Comeos, la fédération des services et du commerce, qui diffusait jeudi son enquête annuelle sur le commerce électronique. En 2017, 22% des sondés indiquaient qu'ils faisaient des achats en ligne via ces procédés. Cette année, 35% des consommateurs ont opté pour la tablette ou le smartphone pour faire leurs emplettes sur internet.

Sept entreprises sur 10 souffrent de pratiques commerciales déloyales, selon une étude du Secrétariat général Benelux relayée par La Libre et La Dernière Heure, mardi. Les commerces subissent des restrictions territoriales de l'offre (RTO) à la base de prix plus chers ou de gammes de produits plus restreintes en Belgique par rapport aux pays voisins.

Le chiffre d'affaires des commerces est en chute libre, rapporte vendredi Le Soir sur base de données chiffrées communiquées par Comeos qui tire "la sonnette d'alarme". En un peu moins de deux ans, deux tiers des marges sur les ventes ont disparu, selon le Fédération du commerce. L'un des facteurs qui a pesé dans la balance: le changement de comportement des consommateurs.

Le géant allemand de l'e-commerce a préféré les Pays-Bas à la Wallonie. Pour des questions de coûts salariaux, de climat social et de travail de nuit. Une décision qui a fait grand bruit.

Alors que dans l'Hexagone, le distributeur annonce un plan de départs volontaires concernant 2 % des effectifs (2.400 collaborateurs sur 115.000) et visant uniquement le siège , chez nous, Carrefour pourrait licencier jusqu'à 1.233 personnes sur 11.500, à la fois au siège d'Evere et dans les magasins.

Selon Dominique Michel, le patron de Comeos (la fédération du commerce et des services en Belgique), les achats transfrontaliers, réalisés par des Belges dans un pays limitrophe, connaissent depuis 2009 une hausse annuelle moyenne de 3,2 %.

Le chiffre d'affaires lié aux soldes d'hiver en Wallonie et à Bruxelles a baissé de 4% cette année mais a progressé de 1,5% en Flandre, annonce lundi le Syndicat Neutre pour indépendants (SNI).

Le coup d'envoi des soldes est donné ce mercredi en Belgique et les fans de shopping pourront en profiter jusque fin janvier. Une période cruciale pour les commerçants, qui proposent des réductions importantes dès les premiers jours en raison de stocks particulièrement fournis, selon plusieurs associations qui les représentent.

La fédération belge du commerce, Comeos, a salué la première analyse de la Commission européenne autour d'un éventuel abus de position dominante d'AB InBev sur le marché belge. "L'Europe dit finalement ce que nous dénonçons depuis des années, à savoir que les producteurs contiennent le marché en appliquant des prix gonflés artificiellement", a commenté le CEO de Comeos, Dominique Michel.

La fédération des entreprises des secteurs du commerce et des services pointe un manque de flexibilité dans l'organisation du travail de nuit qui pousserait nombre de distributeurs à délocaliser leurs activités d'e-commerce. Pour le SETca, dire que le travail de nuit est quasiment impossible chez nous "ne colle pas à la réalité".