Tout sur CO2

Le dieselgate se calme en Europe, où les remises en conformité coûteront moins cher qu'anticipé, peut-être un milliard d'euros pour plus de 8 millions de voitures concernées. En revanche, aux Etats-Unis le ton monte, le département de la justice ouvre une action qui pourrait coûter à VW plus de 19 milliards de dollars.

Alors que la COP21 entre dans sa dernière ligne droite, la communauté internationale se trouve devant ses responsabilités. La majorité des experts estiment que les 195 pays ne peuvent plus tergiverser et doivent s'engager dans des réductions conséquentes de leurs émissions.

"On essaie aujourd'hui de jeter le diesel à la poubelle, mais il reste important pour réduire les émissions de CO2", a déclaré lundi Denis Gorteman, CEO de D'Ieteren, lors d'un débat sur le rôle des entreprises et des syndicats dans la lutte contre le réchauffement climatique, initié par la ministre de l'Environnement et de l'Énergie Marie Christine Marghem.

Les constructeurs automobile cherchent à s'alléger car au fil du temps, les voitures ont pris du poids, au point qu'aujourd'hui, seules les citadines pèsent moins d'une tonne. Si cette tendance à l'embonpoint existe dans le secteur automobile, c'est qu'à force d'augmenter les normes de sécurité, de suréquiper les habitacles, les voitures risquent de voir leur poids augmenter d'année en année. Sans oublier que demain, les voitures seront connectées et intégreront des tablettes tactiles.

La possibilité de stocker du CO2 dans des couches très profondes du sous-sol wallon a été approuvée à l'unanimité mardi en commission du parlement wallon, même si la perspective de recourir à ce procédé de gestion des gaz à effet de serre (GES) reste très hypothétique vu l'absence de nécessité immédiate et les contraintes en tous genres.

Les quotas CO2 obtenus gratuitement par Duferco étaient revendus pour payer les compléments de chômage des travailleurs de Carsid. Problème : "Ces quotas ont perdu près de 50 % de leur valeur en quelques semaines et Duferco ne veut pas suppléer au manque à gagner", dénonce le PTB. D'où l'annonce de la fermeture définitive.

Le géant de l'acier ArcelorMittal reçoit environ 20% de l'enveloppe provisoire des quotas d'émission de gaz à effet de serre pour la période de 2013 à 2020, selon un arrêté du gouvernement wallon publié mardi au Moniteur. Des sites à l'arrêt sont notamment couverts par des quotas, relève L'Echo.

L'arrêté approuvé - enfin - par le gouvernement wallon permettra de garantir un "juste prix" pour le consommateur, selon le ministre Nollet : les fournisseurs seront contraints de répercuter le prix réel du certificat vert et non plus l'amende imposée par la Cwape.

ArcelorMittal a engrangé 70 millions d'euros en 2011 en revendant les quotas de CO2 reçus gratuitement dans plusieurs pays. Le PTB, qui dénonçait déjà en 2007 l'"aberration" de ce système, chiffre à 236 millions la manne avalée par le géant de l'acier en Wallonie sur trois ans.

La fin de la prime fédérale sur les véhicules à faibles rejets en CO2 portera-t-elle préjudice au Salon de l'Auto ? Non, si l'on en croit les organisateurs. Les constructeurs, eux, espèrent y réaliser 15 % à 25 % de leur chiffre d'affaires annuel. Comme de coutume.