Tout sur Chèques-repas

Une majorité se dessine à la Chambre pour supprimer le système des chèques-repas. Le CD&V a introduit en décembre une proposition de loi en ce sens. L'Open VLD soutient l'idée tandis que la N-VA marque un "accord de principe", peut-on lire mardi dans De Tijd et L'Echo. Le MR se dit a priori favorable, mais pointe quelques "éléments négatifs".

L'UCM et VIA, l'association des émetteurs de chèques-repas, ont réagi à la suite de la publication, jeudi, de l'arrêté royal qui prévoit de limiter le système aux seuls chèques-repas électroniques au 1er janvier 2016. Les organisations se satisfont de la simplification du système.

Un projet de loi visant à supprimer les éco-chèques et les chèques-repas a été déposé au Sénat en juillet. "Ces chèques pourraient être supprimés dès l'année prochaine", a réagi dimanche le sénateur Open Vld Rik Daems à la proposition du ministre de l'Economie Johan Vande Lanotte (sp.a), relayée par Het Nieuwsblad op Zondag.

Des parlementaires vont déposer une proposition de loi supprimant les chèques-repas. Le ministre Vande Lanotte y est favorable. Les émetteurs de titres râlent ferme.

Les éco-chèques seraient voués à une disparition proche. "Sans regrets", résume l'UCM, pour qui "il est temps de mettre fin à un système inventé dans l'urgence, qui a révélé plus de failles que prévu". Edenred, l'une des deux sociétés émettrices, s'étonne.

Certaines administrations publiques wallonnes ne payaient pas la prime de fin d'année de leur personnel sous forme d'argent mais en chèques-repas sur lesquels elles ne versaient ni cotisation sociale ni impôt. Le fisc réclame son dû.