Tout sur Charlottesville

D'un simple tweet, le président américain tout juste élu pouvait ébranler le titre d'une entreprise en Bourse. Mais au fil de déclarations outrancières et de promesses non tenues, la parole de Donald Trump a perdu de son crédit auprès des marchés financiers.

Les errements de Donald Trump sur les néonazis ont redistribué les cartes aux Etats-Unis : les géants du Net ont fini par abandonner leur sacro-saint principe de neutralité et les grands patrons américains ont clairement pris leurs distances avec l'encombrant président. Pour le salut de leurs marques et de leurs entreprises.

Les grands patrons dans l'entourage de Donald Trump qui ont accepté de siéger à son conseil économique ont tous démissionné en bloc après ses propos sur Charlottesville. Derrière ce discours lié à la morale, l'intérêt économique des entreprises concernées est aussi en jeu, aucune marque ne peut en effet se permettre une campagne de boycott sur Internet.

La lune de miel entre Donald Trump et le monde de l'entreprise s'est gâtée après la réaction jugée inadéquate du président américain aux violences de Charlottesville, qui a incité plusieurs grands patrons à quitter ses conseils économiques.